Si elle n'est plus députée wallonne aujourd'hui, la formation du prochain gouvernement fédéral pourrait faire d'elle la nouvelle bourgmestre d'Anderlues.


Au lendemain du triple scrutin, la désormais ex-députée du Parlement Wallon Virginie Gonzalez ne regrette rien de ces années passées à Namur à défendre les intérêts des wallons en général et de sa région en particulier. Avec un bilan namurois plus que positif, l’anderlusienne n’a pas été réélue et doit donc se tourner vers de nouveaux horizons : “pour l’instant je vais prendre le temps de redescendre, de me poser un peu et de remettre tout en ordre chez moi. De profession je suis conseillère emploi au Forem où je vais peut-être retourner. Par ailleurs, je reste disponible pour partager mon expérience dans l’un ou l’autre nouveau cabinet qui se formera d’ici peu.”

Si pour l’instant tout semble encore très confus dans cette période de transition, Virginie Gonzalez tire tout de même quelques enseignements de la campagne électorale.

Le récent clivage interne au parti socialiste anderlusien lui aurait causé du tort : “je ne regrette pas de ne plus être élue mais la décision de certains de faire campagne en ma défaveur est certes dommageable pour mon score personnel mais surtout, et plus largement, pour la représentation de notre région à Namur. Je ne comprends pas pourquoi chercher à se priver d’un représentant qui connaît pourtant bien le terrain et les rouages du Parlement Wallon. Malgré cela, je suis contente de voir que Thuin a réussi à avoir 2 députés.”

Pour son avenir en politique, elle devra encore attendre les prochaines nominations et formations de gouvernements. Au niveau du fédéral, il faudra voir si Elio Di Rupo siège comme ministre. Cela laisse une place pour le premier suppléant Philippe Tison, actuel bourgmestre d’Anderlues. Celui-ci une fois député pourrait décider de céder l’écharpe mayorale à Virginie Gonzalez dont le score personnel aux dernières élections communales talonnait celui de Philippe Tison.

A ce jour, elle évite de tirer des plans sur la comète tant son avenir dépend d’un tas de supputations. Pour le moment ces choix politiques sont donc limités à rester conseillère d’Anderlues ou devenir un jour bourgmestre si Philippe Tison ne souhaite pas cumuler les deux fonctions chose possible.