André, 46 ans, a déjà été condamné à deux reprises devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Sa dernière condamnation remonte à seulement deux jours… Ce mercredi, il a écopé de 30 mois de prison avec un sursis probatoire pour un vaste trafic de drogues impliquant une dizaine de prévenus.

En 2018, André plonge subitement dans la cocaïne. Il consomme une grosse quantité de cocaïne, notamment pour terminer les travaux dans un bâtiment de 400 mètres carrés. "Ça m’a donné un coup de boost pour terminer, tout seul, les travaux", confie André. Dans cette même période, André connaît également une vie de couple compliquée. Après 24 ans de vie commune, sa relation avec Florence prend fin, le plongeant dans l’incompréhension. "Pendant 24 ans, vous donnez tout pour construire une vie de famille. Et du jour au lendemain, tout s’arrête…"

La relation avec Florence se détériore. La situation atteint un point de non-retour le 6 juillet 2018. Une dispute éclate entre André et Florence. Le quadragénaire étrangle son ex-épouse, détruit son GSM, se saisit d’un couteau et menace de lui arracher les faux cils qu’elle porte. Sonia (prénom d’emprunt), la fille du couple, assiste à la scène. Totalement apeurée par la violence de son paternel, elle appelle à la rescousse son frère.

Interrogé par la juge Mottard, André reconnaît uniquement la destruction du téléphone de Florence. "S’il y a eu un coup à l’épaule, c’était involontaire. Lors d’une dispute, on dit ou on fait des choses sans le vouloir sous le coup de la colère." 

Trois mois après, André s’emporte, de nouveau, sur Florence et par la même occasion sur sa fille. Les deux femmes se rendent dans un centre commercial, Cora à Châtelineau. André arrive pied au plancher au volant de son véhicule. "Ma fille m’a appelée, totalement apeurée. J’étais au restaurant et je m’inquiétais de ce qu’il se passait", justifie André. Florence se réfugie en courant dans le centre commercial lorsqu’André lui promet "de lui mettre une balle dans la tête" avant de se retourner sur sa fille, lui ordonnant de sortir du véhicule. Finalement, André brise la vitre du véhicule de Florence.

Sonia, principale intéressée lors de cette scène, change de version lors de l’audience. En pleurs, la jeune adolescente ne souhaite pas enfoncer son père. "Je ne veux pas que mon père retourne en prison." Selon Sonia, le témoin de la scène ment sur toute la ligne et son père n’a jamais été violent.

Le substitut Bury se montre inquiet sur la possibilité d’une nouvelle scène de violence. "Non, aujourd’hui on s’entend superbement bien. Je n’ai jamais été violent avec mon ex-femme et mes enfants", précise André. Un sursis probatoire est requis, pour mettre fin à la consommation excessive de cocaïne du père de famille et à sa violence. Jugement pour le 13 novembre prochain.