Anthony à 28 ans et consomme fréquemment du cannabis. Pour l’aider à financer sa consommation, Anthony décide de se lancer dans la vente de cannabis et cocaïne durant trois semaines, entre le 9 mars et le 30 mars 2017. Mais son activité a rapidement pris fin à cause d’un autre trafic de stupéfiants.

On parle là d’un trafic de plus grande ampleur. Anthony s’est fait coincer par la justice à cause de SMS échangés avec le principal suspect du trafic de grande envergure. Une perquisition effectuée au domicile de la mère d’Anthony a permis de mettre en lumière son petit trafic. "On y a découvert une balance de précision, 11,80 gr de cocaïne, plus de 2.000 euros en petites coupures et une liste de comptes." Pour le parquet, il s’agit là de l’artillerie parfaite du dealer.

Ce mercredi, Anthony reconnaît avoir détenu et vendu du cannabis pour financer sa propre consommation. Mais il conteste avoir trafiqué de la poudre blanche. Récemment condamné à 9 mois de prison ferme, le jeune homme espère obtenir la clémence du tribunal. "L’argent provenait du décès de mon père qui avait eu lieu quelques jours avant. Ce n’est pas de l’argent illicite", précise Anthony.

Le ministère public souhaite que la peine de 9 mois de prison soit confirmée, tout en octroyant une peine de travail à Anthony pour lui permettre de se sortir du cercle vicieux dans lequel il a été s’engouffrer. Jugement le 9 décembre.