Le procès d'Anthony Maitrot et de Youri Fleron s'est poursuivi vendredi devant la cour d'assises du Hainaut avec les auditions des experts en santé mentale. Les deux frères sont accusés du meurtre de Christiane Thys, 65 ans, au cours d'un vol le 23 octobre 2017 à Charleroi.

Youri Fleron conteste être le commanditaire du vol, comme le soutient son frère Anthony. Ce dernier a avoué avoir étranglé la victime et lui avoir porté des coups de couteau. 

Le psychiatre et le psychologue ont été désignés en mai 2018 par le juge d'instruction et ont évalué les deux hommes en prison. "Quand nous avons rencontré Anthony, il n'était plus dans un schéma où son frère avait commandité le meurtre. Son discours était plus nuancé, il disait avoir agi sous l'influence de la drogue", a déclaré le psychiatre. 

Anthony s'est confié sur son parcours de vie, ses passages en IPPJ pour dégradations, bagarres et autres trafics de stupéfiants. L'accusé racontait les faits avec une certaine froideur, a souligné le psychiatre, qui a dégagé un profil impulsif. Les experts ont noté un retard d'apprentissage assorti de troubles de la conduite et d'abus de substances prohibées sans réelle dépendance. Aucun trouble mental n'a été relevé mais l'intéressé présente des traits de psychopathie. Son intelligence semble toutefois au-dessus de la moyenne, malgré une éducation précaire, ont poursuivi les experts. Un trouble de la personnalité antisociale a également été mis en évidence, avec un passage à l'acte facilité par le caractère impulsif du jeune homme. Ce dernier est aussi qualifié de narcissique par les experts, qui précisent que l'accusé a confiance en lui et tendance à rejeter la responsabilité sur autrui. 

Quant à Youri Fleron, âgé de 29 ans et "détenu à l'époque à la prison de Nivelles, il a exprimé des regrets pour avoir couvert son frère", a déclaré le psychiatre. Il présente également un parcours scolaire instable mais avait néanmoins décroché son CEB. S'il n'a pas fait de séjour en IPPJ, il a connu la prison à plusieurs reprises. Son épouse, rencontrée à l'âge de 18 ans et avec laquelle il a eu quatre enfants, est son point d'ancrage, ont pointé les experts. Lors de ses entretiens avec le psychiatre et le psychologue, Youri Fleron a évoqué ses difficultés financières et le risque d'être mis en médiation de dettes. Ses capacités intellectuelles sont dans la moyenne mais légèrement moindres que celles de son frère. Un trouble de la conduite a été relevé au moment de l'adolescence mais aucun trouble de personnalité antisociale n'a été mis en évidence par les experts. Assez indépendant, peu conformiste, il peut se montrer impulsif de manière ponctuelle, soulignent-ils. En termes de psychopathie, aucun élément n'a été mis en évidence par les experts. 

Anthony a changé sa version des faits à plusieurs reprises. Devant le chambre du conseil le 22 mai dernier, il n'impliquait plus son frère. Il est ensuite revenu sur ces propos le 18 juin et, jeudi devant la cour, a répété que son frère lui avait demandé d'aller voler chez la voisine d'en face, Christiane Thys, ce que Youri conteste. Vendredi, les avocats des parties civiles ont notamment attiré l'attention du jury sur une lettre écrite par Anthony le 24 mai à son frère, dans laquelle il dit regretter de l'avoir accusé à tort. 

Les expertises ont eu lieu à la même époque.