Plus de 40 ans après l’adoption de la loi Moureaux (en juillet 1981), les discours de haine, les faits de racisme ordinaire, les inégalités sociales, les discriminations à l’emploi ou au logement, les comportements xénophobes augmentent de manière implacable. Cette montée en puissance a convaincu une vingtaine d’associations de Charleroi d’unir leurs forces au sein de la plateforme 21/03 (NdlR : le 21 mars est la journée internationale de lutte contre le racisme et les discriminations). 

Ce dimanche, cette dernière appelle à un grand rassemblement au parc Reine Astrid à 11h, dans la proximité immédiate du marché de la ville haute. 

C’est la seconde édition d’une action qui prend plus que jamais son sens, insiste la CSC de Charleroi Entre Sambre et Meuse. De fait : vingt ans après la conférence mondiale de lutte contre le racisme et la xénophobie de Durban -conférence durant laquelle la Belgique s’était engagée à œuvrer activement à l’élimination du racisme, l’organisme public Unia a ouvert 956 dossiers fondés sur des caractéristiques dites raciales. Cela marque non seulement une hausse d’un demi-pourcent par rapport à l’année précédente, mais une augmentation de près de 21% vis-à-vis de la moyenne des cinq ans précédents. Cette réalité impacte négativement et fortement la vie de citoyens dans une société qui se réclame égalitaire non discriminante et qui dit aspirer à l’inclusion. 

L’enjeu de la mobilisation de ce dimanche tient en quelques mots : initier un changement, obtenir des mesures fortes pour que dans les écoles, les entreprises, en rue, dans les sphères publiques, l’accès et le respect des droits fondamentaux pour tous soient la norme. 

Nous ne pouvons faire face à un racisme structurel en apposant des brides de solutions ! Rendez-vous ce dimanche 11h dans le parc reine Astrid.