Tout proche de la pension, Antonio n’est pas du genre à rester tranquillement assis dans son fauteuil lorsqu’on touche à ses proches. C’est encore plus le cas quand cela concerne son fiston. Quand ce dernier a des ennuis, il peut compter sur son père. Le 26 août 2019, à Fleurus, Antonio a voulu se faire justice lui-même pour son fils.

Tout débute lorsqu’Antonio donne 2.500 euros à son fils pour lui permettre de réparer son véhicule. Dans le même temps, le fiston est à deux doigts de se séparer de sa compagne. Et cette dernière n’arrange pas la situation lorsqu’elle s’empare de l’enveloppe contenant l’argent avant de se la faire piquer par Vincent, son frère.

Alors, Antonio débarque devant le domicile de Vincent armé d’un taser. "C’était pour me défendre, car j’étais plâtré et lui a fait de la boxe. Si je n’avais pas été plâtré, boxeur ou pas, je n’aurais jamais besoin d’une arme", précise Antonio au tribunal. Quoi qu’il en soit, l’altercation inévitable se produit et Antonio reçoit un coup de poing de Vincent. Antonio précise ne pas connaître Guiseppe, présent sur place, mais admet l'avoir menacé.

Le ministère public a requis une peine de travail ou une peine de probation autonome pour sanctionner les faits. Également poursuivi pour des menaces sur Nathalie, son ex-compagne et le port d’un pistolet d’alarme, le parquet requiert l’acquittement. "Je dois bien avouer qu’il y a que les déclarations de la prétendue victime dans le dossier. Rien d’autre." Sans avocat, Antonio plaide une suspension simple du prononcé. Jugement attendu le 21 janvier prochain.