Ismael Debjani a fait un 1.500 m de feu vendredi lors du Mémorial.

Vendredi soir, Ismael Debjani aura vécu l’un des plus grands moments de sa carrière d’athlète au Mémorial Van Damme sur la piste du stade Roi Baudouin. Le Carolo a fait un 1.500m de feu, bouclé en 3.36.23.

"J’ai essayé de suivre au maximum le tempo d’enfer donné par les premiers. Je me suis retrouvé isolé au 700m mais je suivais attentivement les temps de passage et j’étais sur les bases d’un très bon chrono, ce qui constituait l’essentiel pour moi. Au dernier 200, l’orgueil de ne pas finir dernier m’a poussé à lancer un sprint fou pour rattraper quelques athlètes."

Il a ainsi laissé derrière lui l’autre Belge engagé, Pieter-Jan Hannes, le Britannique Charlie Grice et l’Américain Robby Andrews pour se classer finalement 14e de cette course relevée remportée par le Kenyan Cheruiyot. "Mon chrono n’est qu’à trois centièmes des minima pour le Championnat du Monde alors que nous sommes en fin de saison. C’est très motivant."

Le Jumétois a savouré chaque instant. "C’était un honneur de courir à côté d’Asbel Kiprop, de Taoufik Makhloufi et d’Abdellatif Iguider ! Je les regardais encore à la télé il y a peu de temps… Participer à un meeting de la Diamond League était un rêve. Après la course, j’ai pu prendre des photos avec eux et d’autres athlètes, comme Nafi Thiam, qui est vraiment une fille extra ! L’ambiance était plutôt détendue car c’était le dernier rendez-vous de la saison, mais certains râlaient parce qu’ils avaient fait une mauvaise course. Moi, j’étais super content car je n’avais pas fini dernier !"

Le protégé de Christophe Dumont n’a pas ressenti de pression excessive. "J’avais très bien été préparé mentalement par mon psychologue du sport. Je suis resté dans ma bulle malgré le bruit et la masse de spectateurs. J’ai pris cette course simplement comme une belle récompense pour toute ma saison."

Après quelques jours de repos bien mérités, il reprendra progressivement le chemin de la piste. "Avec comme objectif les Championnats du Monde à Londres dans un an !"