Abdessakek B. n’a aucun antécédent judiciaire. Il n’a jamais comparu devant un tribunal correctionnel et n’est pas connu du parquet de Charleroi. Mais pour sa première devant la justice, Abdessakek fait fort. D’après le substitut Bouilliez, il a été le dirigeant d’un vaste trafic de plusieurs produits stupéfiants entre le 1er septembre 2018 et le 29 novembre 2019 : cocaïne, héroïne, métamphétamine et amphétamine. Son business a pris fin, le 28 novembre dernier, lorsqu’il est interpellé par la police au volant de son véhicule à Charleroi.

Les policiers, avec le renfort d’un chien de détection, découvrent 1,2 kg d’héroïne planqué minutieusement derrière la console de la voiture de Abdessakek. Sur le banc des prévenus, six complices sont suspectés d’avoir contribué au trafic organisé entre Liège et Charleroi en obéissant aux ordres d’Abdessakek.

Mohamed G. et Hamza B. sont, selon le ministère public, les surveillants des différents lieux de stockage, notamment à la rue de Jumet, mais aussi des livreurs. Youssef A. reconnaît avoir participé au trafic en tant que vendeur, pendant une semaine. Halima G. et Fabienne L. admettent avoir planqué de la drogue dans leurs logements. Hicham R. est lui poursuivi pour avoir été se présenter à la planque située à la rue Saint Léonard à Liège pendant une perquisition policière.

Le parquet a requis une peine de six ans de prison ferme contre Abdessakek. Pour les autres prévenus, des peines allant de 18 mois à 4 ans sont requises, en fonction du rôle de chacun. Hicham risque une peine de 6 mois de prison ferme pour son absence lors de l’audience. Jugement le 6 août.