Dans la nuit du 18 au 19 février dernier, la Zone de Police de Charleroi a mené une opération de sécurisation au nom de code « RASSO » sur l’ensemble du territoire de Charleroi, axée sur la sécurité routière en général (et le contrôle de véhicules de Tuning en cas de rassemblement), ainsi que la mise à disposition potentielle du dispositif policier pour venir en support de la Zone de Secours, une tempête étant annoncée.

"Cette action a mis en action divers services de notre Zone de Police, soit la DirOps (Direction des Opérations), le PSO (Peloton Sécurisation Ordre Public), la Canine et les USR (Unités de Sécurité Routière). Au total, ce sont 29 membres du personnel qui ont œuvré à occuper le terrain pour le sécuriser", explique la police locale par voie de communiqué.

"Dans un premier temps, le dispositif s’est efforcé de sécuriser les commerces en centre-ville, tant par du personnel en uniforme qu’en civil. Un véhicule sera contrôlé par les Unités de Sécurité Routière après une infraction de roulage, avec un majeur et un mineur à bord. Au cours de ce contrôle, des stupéfiants ont été découverts, entraînant deux perquisitions ainsi que deux mises à disposition du parquet et in fine le placement sous mandat d’arrêt du majeur. 

Dans un second temps, un rassemblement de plusieurs dizaines de véhicules et de personnes étant signalé au Décathlon de Dampremy, un dispositif a été mis en place afin de contrôler ce rassemblement de véhicules de tuning non annoncé donc non autorisé."

Cette opération aura ainsi permis :

  • De contrôler 73 véhicules et 138 personnes ;
  • L’arrestation administrative d’une personne sur base de l’art 34§4 de la Loi sur la Fonction de Police (refus de s’identifier) ;
  • L’arrestation judiciaire de 2 personnes mises à disposition du parquet ;
  • La rédaction de 10 PV judiciaires (détention et vente de stupéfiants, port d’arme prohibée) ;
  • L’enlèvement d’un véhicule ;
  • La rédaction de 36 PV de roulage et 1 sanction administrative communale (infractions en matière d’assurance, non respect de la législation « Taxi », défaut d’immatriculation, défaut de contrôle technique et stationnement irrégulier).

"La bonne collaboration entre les différents services participant à l’opération est à souligner", conclut le communiqué de presse envoyé par la police locale.