Le couple vivait à l'étage de la Petite Taverne, le café tenu par l'accusé dans la ville basse de Charleroi. Il battait de l'aile. "Ils buvaient tous les deux. Dans le quartier, tout le monde savait qu'il la frappait et qu'elle voulait le quitter. Elle avait d'ailleurs pris contact avec une association venant en aide aux femmes battues. Et elle avait aussi pris contact avec l'hôpital Van Gogh pour une cure de désintoxication, mais elle ne s'y est jamais rendue". Dans le quartier, on racontait que David avait prédit la mort de Maria en déclarant "qu'un jour il la tuerait!"

La nuit du 5 au 6 mars 2018, une violente dispute a éclaté au sein du couple qui, selon un enquêteur, était dans une situation catastrophique. Maria se serait saisie d'un couteau, David l'a désarmée et lui a porté un coup dans le dos, fatal. Il y avait un témoin de cette scène, la petite fille du couple, alors âgée de neuf ans.

L'enfant a été auditionnée à deux reprises par la police. Comme il est d'usage, elle a été interrogée par un policier spécialisé dans l'audition des mineurs d'âge, un pédopsychiatre et l'audition a été filmée.

Lors de la première audition, réalisée peu de temps après les faits, l'enfant semble nerveux et raconte que sa maman a été agressée dans la rue. Trois semaines plus tard, elle raconte aux enquêteurs que ses parents se sont disputés, que sa maman a pris un couteau, que son papa l'a désarmée et qu'il a fait un petit geste. Il lui a demandé s'il fallait appeler les secours, mais elle a refusé. Les disputes étaient fréquentes, car sa maman buvait beaucoup.

La journée de mardi sera consacrée aux témoins. Les plaidoiries devraient débuter mercredi.