Les jurés ont pris en compte l'expertise de santé mentale, les rapports du médecin légiste, l'arme utilisée (un couteau), la zone visée potentiellement létale, les déclarations de l'accusé qui, même évolutives, ont confirmé qu'il avait porté des coups à la victime.

Les jurés retiennent que l'accusé n'a rien fait pour sauver sa compagne, laissant sa fille âgée de neuf ans porter les premiers soins. "Il l'a laissée mourir et il a accepté l'éventualité d'un décès", avait déclaré l'avocat général.

Maria Gonçalves Da Rocha est décédée d'un coup de couteau, la nuit du 5 au 6 mars 2018, lors d'une dispute avec David Vens, lequel l'a désarmée lors d'une énième rixe.

Le débat sur la peine aura lieu jeudi.