Théâtrale, la magistrate a tenu un réquisitoire accablant pour l'accusé qui conteste l'intention d'homicide et même le caractère volontaire du coup de couteau porté dans le dos de sa compagne. Elle a appuyé son argumentation sur plusieurs points: les mensonges, les incohérences, les manipulations, l'alcoolisme.

"David Vens ment depuis le début et il ment encore pour sauver sa peau", a déclaré l'avocate générale au début de son réquisitoire. "Il ment aussi quand il passe aux aveux et se pose en victime".

L'autopsie a révélé que Maria avait reçu des coups à la tête, avant le coup de couteau qui a provoqué sa mort. "Il nous ment quand il dit qu'il n'a battu aucune femme".

Les incohérences et les manipulations ont aussi été mises en évidence dans le réquisitoire du ministère public. Dans sa première audition, l'enfant du couple, âgé de neuf ans, a déclaré que sa maman a été victime d'une agression d'un tiers, "l'enfant arrive même à décrire cet inconnu".

Maria n'a pas été agressée par un inconnu, mais par le père de sa fille, un homme qui partageait sa vie depuis plus de dix ans. "Il a rejeté toutes les responsabilités sur la victime devant sa fille, lui donnant une image détestable de sa maman."

Pour l'avocate générale, David Vens n'était pas un bon père. "Il faisait vivre sa famille dans un taudis, il a détruit l'image de Maria aux yeux de sa fille. Aujourd'hui, il essaye de manipuler tout le monde en se faisant passer pour la victime des femmes qu'il a fréquentées. Or, elles l'ont quitté, car il était volage, buveur, joueur et violent."

Quand elle tenait un couteau en main, Maria a dit à David "qu'est-ce que tu vas me faire maintenant ?"Pour la magistrate, c'est un geste de défense et non une menace dans le chef d'une femme battue, une de plus car trois anciennes victimes ont été victimes de la violence d'un homme, qualifié de "lâche" par Anne Maschietto.

L'accusé avait bu au moment des faits, c'était un alcoolique. Toutefois, l'ivresse n'atténue pas la responsabilité pénale. En plus, l'alcool ne lui fait pas perdre le contrôle de ses actes.

Enfin, pour l'accusation David Vens doit être reconnu coupable d'un meurtre. La thèse d'un homicide involontaire, qui sera plaidée par la défense, a été écartée par l'accusation car c'est contraire aux gestes effectués lors de la reconstitution des faits. "L'acte qu'il a commis (le coup de couteau) est un acte volontaire. Il l'a dit durant toute l'enquête, sauf ce lundi".

Quant à l'intention homicide, Anne Maschietto estime qu'elle est établie en se référant à la jurisprudence. Pour l'accusation, David a frappé Maria, couchée sur le lit et désarmée, pour la faire taire. "David Vens a voulu la mort de Maria par son comportement". Il lui a porté des coups à la tête pour l'empêcher de prendre des bières dans le frigo du café. Il lui a planté un couteau dans le dos, dans une zone létale. Il n'a pas appelé les secours alors qu'elle aurait pu être sauvée. "Il l'a laissée mourir et il a accepté l'éventualité d'un décès".