Jehan se souvient que Marwan se tenait à l'écart, près du feu, il parlait peu alors que ses amis rigolaient dans le fauteuil. "Il était calme, comme d'habitude", a déclaré Jehan devant la cour d'assises. Le jeune homme avait remarqué les traces sur le visage de Marwan, des griffes et des légers gonflements. "Il m'a dit qu'il était tombé en courant, de manière spontanée", dit Jehan.

La soirée s'était passée chez Karim, un autre jeune de la bande qui n'a pas cherché à savoir pourquoi Ahmed avait quitté le domicile conjugal, en 2014, mais il s'en doutait car il l'avait croisé dans le bus. Karim a tout appris après le meurtre.

Le 23 décembre, Karim a remarqué que Marwan n'était pas comme d'habitude, assis seul dans son coin. "Il nous tournait le dos, il a dit qu'il avait froid et qu'il n'avait pas beaucoup dormi. Jehan lui a fait une remarque car il avait des traces de griffes sur le visage. Il faisait sombre et nous avions bu, je n'ai pas vu grand-chose".

Karim est aussi allé voir Marwan en prison, parfois avec Jehan, mais ils n'ont jamais parlé des faits survenus le 23, en milieu d'après-midi. Karim se souvient du jour de l'arrestation de son ami, le 29 décembre, et il a cru que Marwan faisait partie d'un milieu terroriste, car c'était à la mode à l'époque, mais il n'a pas cru à cette histoire de parricide car il décrit, lui aussi, Marwan comme un garçon "calme et réfléchi".

La quatrième personne présente à cette soirée était Bryan, le meilleur ami de Marwan. Le jeune homme confirme que son ami n'était pas un "geek", préférant les SMS aux réseaux sociaux. Lui aussi ignorait les tracas familiaux de son ami, qu'il qualifie d'intelligent et de déterminé. Quelques semaines avant le crime, Marwan lui aurait demandé un taser mais le témoin ne s'en souvient plus. "Il ne m'a jamais dit pourquoi il en avait besoin".