Johnny Falise et Francine Genicot (54 ans) sont accusés devant la cour d'assises du Hainaut d'une tentative d'extorsion avec la circonstance aggravante de meurtre, d'extorsions à l'égard du couple et de fraude informatique.

Très vite, les enquêteurs ont constaté que les comptes en banque des victimes étaient régulièrement vidés. "Les retraits ont été faits sur Marcinelle, lieu de résidence des victimes, mais aussi à Gilly, lieu de résidence de Falise, et à Couillet, lieu de résidence de Genicot. Johnny Falise savait quand les pensions arrivaient sur les comptes et, très vite, ils étaient vidés", a déclaré une policière devant la cour, lundi matin. Johnny Falise, beau-fils de Jacques Hubinon, détenait les cartes bancaires de son beau-père et de Marie Simon.

Alors que Jacques touchait environ 1.400 euros par mois, Marie Simon touchait environ 2.500 euros. Pourtant, le couple vivait dans un studio de vingt mètres carré avec un loyer modeste. Ils avaient 3.000 euros par mois pour vivre. Selon des témoins, dont leur médecin traitant, ils avaient pourtant des difficultés financières, dès la moitié du mois.

Marie Simon, qui souffrait d'un handicap mental, ne savait pas compter, ni utiliser les applications bancaires. Elle parlait encore de francs belges d'ailleurs. Quand elle avait besoin d'argent, elle se rendait au guichet. Toutefois, d'importants retraits bancaires ont été effectués avec sa carte dans la foulée de retraits effectués avec la carte de son compagnon Jacques.

Le 27 avril 2019, à 18h26, Johnny Falise s'est rendu dans un magasin de nuit où il a tenté de faire un paiement avec la carte de Marie. Comme il a échoué, il a utilisé la carte de Jacques, qu'il venait de frapper. "Le 30 avril, deux jours après la mort, il y a eu un retrait de 110 euros."

Marie Simon, qui n'avait pas de téléphone portable, avait pourtant contracté deux abonnements téléphoniques chez un opérateur. Jacques Hubinon n'avait pas de téléphone non plus. "Johnny Falise leur avait confisqué. Quand Jacques les réclamait, Johnny les cassait", a déclaré une policière. Jacques et Marie n'avaient pas de télévision non plus, ni ordinateur. Internet leur était étranger. Les deux abonnements étaient utilisés par les accusés, buveurs et toxicomanes.

Jacques Hubinon avait contracté plusieurs assurances décès, cinq contrats d'un montant global de 6.000 euros, pour payer les frais funéraires. Le reste revenait à un héritier désigné. Avant 2011, la bénéficiaire était la mère de Johnny Falise. Après la mort de cette dernière, c'est Francine Genicot qui est devenue bénéficiaire.

Trois ans plus tard, c'est Marie Simon qui est devenue bénéficiaire du solde de ses assurances-vie. Toutefois, les contrats ont été retrouvés chez Francine Genicot. Selon cette dernière, c'était à la demande de Marie et de Johnny, lequel voulait mettre la main sur l'argent restant, soit un peu plus de 2.000 euros.

Inculpé de meurtre, Johnny Falise fut alors inculpé de tentative d'extorsion avec circonstance aggravante de meurtre, lors de l'été 2020. La chambre du conseil a confirmé cette requalification.

Le 14 juillet 2020, Francine Genicot était inculpée des mêmes préventions que Johnny Falise, alors qu'au début de l'enquête, elle avait été inculpée de non-assistance à personne en danger. Elle est restée libre.