Les avocats n'ont retrouvé aucun mobile pour ce massacre, mais ils sont convaincus que Thomas n'a pas tué Paulette pour le plaisir de tuer. "Thomas Lesire, le 31 mai 2019, à cause de sa prise volontaire de drogue et d'alcool, s'est trouvé dans un état tel que tout ça lui a échappé. Telle est ma conviction", a déclaré Me Khoulalène.

L'article 71 du code pénal (déresponsabilisation pénale) a été évoqué par la défense. "Thomas Lesire n'est pas atteint par un trouble mental, mais il faut prendre en compte le trouble momentané qui abolit la responsabilité de ses actes".

Pour la défense, l'accusé a perdu le contrôle de ses actes en raison de sa consommation de drogue et d'alcool, ce mélange explosif ayant provoqué une perte de contrôle. Les avocats ne pensent pas que leur client soit capable de commettre un tel acte dans un état normal.

"Quand toutes les facultés mentales sont revenues, il était éteint et résigné comme l'a déclaré le juge d'instruction. Nous sommes convaincus qu'il a perdu le contrôle de ses actes", a déclaré Me Khoulalène.

Toutefois, l'avocat estime que son client s'est mis tout seul dans cet état en consommant volontairement de la drogue et des boissons alcoolisées. "Mais avant le 31 mai 2019, il ne s'est jamais montré violent. Dès lors, ce drame n'était ni prévu, ni prévisible", a poursuivi l'avocat.

Les avocats ont demandé aux jurés de répondre "non" à la question portant sur la culpabilité morale de leur client.