Autrefois échevin des sports et de la jeunesse de Farciennes avant sa démission en janvier 2018 pour détournement d’argent public, Atilla Demir était poursuivi pour faux en écriture, faux en informatique et plusieurs fraudes informatiques (détournement d’argent public par un fonctionnaire).

Début d’année 2018, l’homme politique, unanimement apprécié au sein de la commune, était contraint de renoncer à ses différents mandats après avoir admis le détournement de 20.000 euros des caisses de la Régie Communale Autonome (RCA) de Farciennes.

Avisé des faits, le parquet de Charleroi avait ouvert un dossier. La RCA déposait également plainte pour les agissements de son administrateur délégué. Le comportement d’Atilla Demir avait été épinglé en septembre 2017, soit 5 ans après le début des détournements, par un fiduciaire et des comptables. « Il y avait notamment des rappels de la SWDE pour une facture qui était encodée comme payée. Mais le numéro de compte se trouvant sur le virement n’était pas celui de la SWDE. » Atilla Demir empochait ainsi plusieurs milliers d’euros sur son compte.

Un engrenage lié à une addiction aux jeux

Lors de l’instruction, les autorités judiciaires ont constaté que le montant détourné était beaucoup plus important que ce que l’ex-échevin annonçait. « Dans un premier temps, on a découvert qu’il y avait eu un détournement de plus de 100.000 euros des caisses de la Régie. Mais avant la RCA, en charge des infrastructures sportives de Farciennes, il y a eu l’ASBL Centres sportifs farciennois où Atilla Demir occupait le poste de président jusqu’en 2014 avant son passage à la Régie Communale Autonome. Et là, le préjudice est le plus important puisqu’on a découvert un détournement de plus de 120.000 euros ».

Atilla Demir ne contestait pas les faits, expliquant avoir commis « une grosse bêtise à cause de problèmes financiers et d’une addiction aux jeux. » Pour ces détournements commis entre 2012 et 2018, une peine de 3 ans de prison avec une amende de 10.000 euros avait été requise, sans s’opposer à un sursis compte tenu de l’absence d’antécédent judiciaire d’Atilla Demir.

Absent lors de son prononcé, Atilla Demir a écopé de 30 mois de prison. Un sursis simple de 5 ans lui a été octroyé, vu sa coopération depuis le début du dossier et ses aveux. Une confiscation d’un montant de 229.000 euros a également été prononcée. Atilla Demir devra également dédommager la RCA et l’ASBL Centre sportifs farciennois pour l’argent détourné.