Rouler au mazout de chauffage, suspension des contrôles de police, ne toucher que les éléments en couleurs dans les modules de jeux extérieurs, vols et dégradations de véhicules d'infirmiers à domicile, tout est FAUX!

En cette période de confinement, beaucoup d'entre vous se tournent vers les réseaux sociaux pour communiquer avec des proches et aussi pour s'informer. L'ensemble des médias se trouvent confrontés à une masse de fausses informations partagées en nombre. Toutefois, même si le désir de certains est de partager les expériences des uns et des autres afin de mettre en garde le plus grand nombre, il faut rester prudent et ne pas partager sans connaître la provenance ni le but premier d'une publication dont le message, au fil des partages, est clairement détourné.

Ce week-end nous avons eu notre attention attirée vers certaines de ses fausses informations largement partagées.

Une infirmière a eu sa voiture fracturée à Courcelles: la photo vient de France, et est datée

Une de celles-ci est une photo avec des produits médicaux éparpillés sur le sol à côté de ce qu'on pense être une voiture (voir ci-dessus). Le commentaire est le suivant "attention dans la région j'ai une amie infirmière qui a eu sa voiture vandalisée pour assurer le vol de gants et de masques." Cette information est fausse. En remontant le fil des partages, il s'avère que la photo prétendue prise dans la région provient de France et... est également une fausse information. Bien évidemment c'est appréciable quand les citoyens partagent différentes mises en garde mais il faut garder en tête que cette période est particulièrement propice à ces fakenews. Nous avons interrogé une personne qui a fait ce partage. "J'ai partagé parce que j'ai aussi une amie qui connaît quelqu'un à qui c'est arrivé. Je ne savais pas que ce n'était pas dans la région, je l'ai vu sur Facebook et j'ai aussi voulu en avertir les autres."

Si au départ, il y a une intention bienveillante, l'initiative peut présenter des dangers. Les personnes ne mesurent que très rarement les conséquences. Nous avons donné l'explication suivante : "savez-vous que cette photo pourrait être utilisée par une personne qui peut se faire passer pour une infirmière et faire une récolte de fonds donc une escroquerie ?" Bien souvent s'en suit un silence avec "et bien je n'avais pas pensé à cela, je voulais faire bien." Rappel: bien évidemment, il ne faut pas blâmer ces personnes qui partagent avec une intention positive, mais les avertir.

Les modules de jeu peints attirent moins le Coronavirus: c'est faux

Une autre fausse information qui a circulé dans la région est que les modules de jeux ne sont pas transmetteurs du virus. On retrouve parfois la variante que seuls les éléments en métal sont transmetteurs. Encore une fois nous avons interrogé des personnes sur cette croyance. Réponse : "on m'a dit que ! Et on regarde bien que les enfants ne touchent que les parties colorées." 

Même si certaines communes n'ont pas clairement mis les modules de jeux "sous scellés" il est conseillé de ne pas jouer dessus, notamment parce que les jeunes peuvent être porteurs du virus, même sans symptômes.

Le mazout de chauffage dans sa voiture est toléré: c'est non. Les pompes à essence sont ouvertes

Parmi les fausses nouvelles qui ont circulé dans la région (et encore une fois constaté par notre rédaction) c'est de penser que comme les déplacements sont limités on peut mettre du mazout de chauffage dans sa voiture, qu'il est autorisé de rouler au rouge. 

Nous nous sommes renseignés auprès du SPF Finances au service des Douanes et accises. "Rouler au mazout de chauffage est interdit, cela reste punissable par la loi. Même si les déplacements sont restreints, il faut toujours mettre du carburant venant de la pompe traditionnelle. Les services de douane, en charge des contrôles du carburant, poursuivent leurs contrôles même en cette période" , explique Florence Angelici, porte-parole du SPF Finances.

La police aussi poursuit ses contrôles, rien n'est suspendu. "Le code de la route reste d'application. La nuit de dimanche à lundi, les forces de polices ont effectué des contrôles. Nous avons constaté une ivresse au volant et une consommation de stupéfiant au volant. Donc deux retraits immédiats du permis de conduire" , confie David Quinaux, porte parole de la police de Charleroi.

Que faire contre les fake news?

Pour vérifier la véracité d'une information, nul besoin d'être un expert en communication. Posez-vous les questions suivantes : pour quelles raisons n'ai-je pas trouvé cette info dans les médias traditionnels ? Est-ce que je connais personnellement celui qui a déjà partagé l'information ? Est ce que lieux, dates, personnes impliquées sont clairement définis ?

Une fake news ou fausse information se sert de différents éléments. Elle est plausible, joue sur les émotions dont les peurs du moment (ici le coronavirus), elle désigne une personne lésée, une victime (dans le cas des voitures d'infirmières vandalisées pour les vols de masques et de gants). N'hésitez pas à questionner la personne qui le partage et vous informer auprès des médias traditionnels (presse écrite, télé, radio et autres sites d'informations officielles.