Le 14 mars dernier, en l'absence d'Omar, le tribunal correctionnel de Charleroi avait prononcé une lourde peine de 3 ans de prison contre ce dernier, en ordonnant par la même occasion son arrestation immédiate. Un mois plus tard, le condamné a enfin comparu devant la justice après avoir formé opposition au jugement.

Si Omar a écopé de cette peine de prison, c'est pour avoir violemment agressé Mohamed, à son domicile le 17 juillet 2020. Ce soir-là, c'est un riverain qui a donné l'alerte à la zone de police des Trieux. D'après son témoignage, Omar menaçait Mohamed, devant son domicile, le tout armé d'un couteau de cuisine de 19 centimètres de long. Quelques minutes plus tard, Mohamed était découvert couché au sol dans son jardin et blessé par arme blanche.

Rapidement, Mohamed avait désigné Omar comme étant son agresseur. Ce dernier avait pu être interpellé sur place, avec le fameux couteau planqué dans sa voiture. Incarcéré au moment de l'audience, Omar avait été absent et jugé par défaut pour ces faits qui auraient pu avoir des conséquences ô combien dramatiques.

En aveu des faits, l'opposant espère obtenir une peine de probation autonome au lieu de purger une peine de 3 ans de prison. Ce à quoi le parquet s'oppose catégoriquement, malgré la promesse de la défense d'un « Omar 2.0 » à la suite de son incarcération en prison. « C'est un gros consommateur de cocaïne. C'est son véritable problème depuis des années et en prison il ne consomme plus. Il n'est plus le même homme et à l'époque des faits, c'était une ancienne version de lui », jure Me Allatta, avocate du prévenu.

Est-ce que le tribunal laissera une chance à Omar, en sachant qu'il est actuellement incarcéré pour des faits de violence envers ses parents ? Réponse le 9 mai prochain.