Aziz a 29 ans, il est Algérien et se trouve en séjour illégal sur le territoire belge. Le 18 mai dernier, il a été arrêté et jeté en prison: on le soupçonne de vendre de l'héroïne et du cannabis.

Mais le jeune homme nie tout. Enfin, presque tout. Il avait bien "de la beuh" comme il dit, mais c'était pour aller voir un copain: "Je venais de l'acheter à Waterloo", promet-il au tribunal correctionnel. Quant à l'héroïne, il n'en a jamais eu sur lui et encore moins vendu. 

Le procureur du Roi est pourtant revenu sur les éléments de l'enquête: la police, en civil, patrouillait à l'angle du boulevard Paul Janson et la rue du Laboratoire à Charleroi, quand ils ont vu un homme avec un pull-over orange échanger avec un quidam un petit objet blanc contre de l'argent. Quelques minutes plus tard, quand les policiers interviennent, l'homme prend la fuite à pied. Aziz, habillé avec un pull-over orange et correspondant à la description physique, est arrêté par la police en vélo non loin de là. 

Sauf que pour son avocat, il y a méprise: le seul fait qu'Aziz soit habillé avec un pull-over orange ne suffit pas à l'incriminer. Il avait du cannabis sur lui, certes, mais pour sa consommation. Il habite Marcinelle et allait voir un copain dans le coin. "On n'a d'ailleurs pas retrouvé d'héroïne sur mon client, et en plus je dois signaler que le conditonnement de l'héroïne trouvée sur place à Charleroi (la façon dont c'est emballé, NdlR) ne correspondant pas au conditionnement du cannabis qu'il dit avoir acheté à Waterloo peu de temps avant."

Là où le ministère public demande un an de prison, l'avocat de la défense veut un sursis. Jugement le 8 juillet.