Babette Jandrain, échevine socialiste en charge des Fêtes et du Folklore à Charleroi, est mise sous pression depuis sa présence, dimanche dernier, à la marche Saint-Louis de Marcinelle. Là-bas, elle a pris part à la procession, avec fifres et tambours, qui a relié l'église et le local des marcheurs. Sauf que, comme à Ham-sur-Heure-Nalinnes quelques semaines plus tôt, ce cortège était interdit. Or l'échevine se trouvait... en première ligne.

Localement, un microscandale a alors éclaté : d'une part dans la communauté des marcheurs folkloriques, choqués qu'une échevine participe à un rassemblement qu'ils avaient eux dû annuler; d'autre part dans le monde politique local et dans l'opinion publique, puisqu'une échevine se doit d'être exemplaire, qui plus est lorsqu'il est question de respecter des règles mises en place pour des raisons de santé publique.

Le bourgmestre Paul Magnette, qui avait déjà passé un sérieux savon à Karim Chaïbaï lorsque celui-ci avait été "pris" en train de dîner avec une vingtaine de convives en plein déconfinement, a mis le sujet chaud sur la table du collège communal ce mardi.

"Lors du collège communal de ce 25 août, Babette Jandrain, échevine du Folklore, s'est expliquée sur sa présence lors d'un cortège folklorique à Marcinelle ce dimanche 23 août. Elle a reconnu avoir commis une erreur de jugement et a présenté ses excuses. Suite à une discussion, le Bourgmestre lui a demandé d'effectuer des travaux d'utilité publique dans un secteur qui a été fortement touché par la crise de la Covid-19, ce que Babette Jandrain a bien évidemment accepté. Ils ont donc convenu que l'échevine effectuerait ces travaux dans le secteur hospitalier public", a réagi le collège en début de soirée.