La CSC a réuni vendredi ses candidats au CEME de Dampremy

CHARLEROI La salle n’est plus qu’à moitié remplie. Les candidats délégués discutent à l’extérieur. De tout, de rien. De la vie dans leur entreprise. Des élections sociales programmées dans quelques semaines. C’est d’ailleurs en vue de celles-ci qu’ils sont rassemblés ce vendredi au CEME de Dampremy à l’appel de la CSC.

Ils font campagne pour le compte du syndicat chrétien dans leurs entreprises. Certains pour la première fois. D’autres sont des routiniers. Ils affichent parfois déjà derrière eux plusieurs mandats de délégué syndical.

“Pourquoi je suis candidat à ces élections sociales ? Parce que j’ai envie de faire avancer certaines choses” , explique l’un d’entre eux. “Je crois que j’ai suffisamment de poigne pour faire valoir les revendications du personnel.”

Les temps sont délicats de l’aveu de beaucoup de candidats. “On ne cherche plus à glaner ceci ou cela, affirme l’un d’entre eux. On défend ce qu’on a obtenu. Les combats qui s’engagent avec les directions sont parfois rudes. On s’expose. Quand des mesures de chômage économique sont décidées dans les entreprises, elles nous visent plus souvent qu’à notre tour.”

Les principales qualités d’un délégué ? “Le sens de l’écoute car au quotidien il y a des problèmes à régler” , affirme clairement un délégué déjà expérimenté. “Mais surtout de la poigne. Car, il faut savoir s’imposer, ne pas se faire influencer.”

À défendre les autres, à mener à bien certaines luttes, on est parfois saisi d’un sentiment de satisfaction. “Ce sont de grandes émotions, indique un délégué. On a l’impression de servir à quelque chose.”

Les élections sociales auront lieu du 7 au 20 mai prochains. D’ici là, les candidats devront convaincre leurs collègues de voter pour eux



© La Dernière Heure 2012