Alain Henriet est carolo de cœur: né et élevé à Charleroi, il s'est relocalisé à Liège par la suite mais travaille toujours deux jours par semaine aux éditions Dupuis, à Marcinelle, pour lesquelles il est correcteur de BD et du journal Spirou. Et le reste du temps, il dessine des bandes dessinées.

Avec l'auteur français Yann, ils sont sur la série "Black Squaw" depuis quelques années, après avoir bossé sur Dent d'Ours (6 tomes). Le troisième tome de cette épopée historique romancée, qui suit la vie de Bessie Coleman, sortira le 17 juin prochain en librairies, avant un 4e - et dernier - tome déjà en préparation.

Bessie, c'est la première femme noire à décrocher une licence de pilote d'avion, qu'elle obtient en 1921 en France: américaine, née d'une mère noire et d'un père cherokee, elle n'a pas le droit à cette époque de s'inscrire à des cours dans son pays, en pleine ségrégation et où le Ku Klux Klan est dans toutes les strates de la société.

© Dupuis (ph: JVK)
Ce troisième tome revient sur l'école de pilotage française, mais aussi la collaboration difficile avec Al Capone pour ses alcools de contrebande, l'envie de vengeance de Bessie envers le KKK et la rencontre avec un nouveau personnage l'obligeant à faire un choix déterminant, qui va probablement chambouler la vie de l'héroïne à tout jamais.

"C'était dans les tiroirs de Yann depuis un bon moment, et quand on était en train de fêter la sortie du troisième tome de Dent d'Ours, il m'a parlé de son idée de "Black Squaw", se souvient Alain Henriet. L'épopée de Bessie était déjà intéressante, mais quand Yann m'a dit : "et son frère était le cuistot d'Al Capone", j'ai été définitivement convaincu. C'était trop gros pour être inventé."

Trois ans après, le point final à Dent d'Ours déposé à l'impression, ils ont commencé à travailler sur la nouvelle série. "Yann arrive à décrire un lieu en très peu de phrases, et je peux alors me le représenter comme je veux, et voir quelle mise en scène serait la plus intéressante. Je suis très libre, même si évidemment il y a beaucoup de documentation pour que ça soit crédible et ça colle à l'époque au niveau de l'architecture, des vêtements, des machines, etc. Usagi est une des meilleures coloristes que je connaisse. Après avoir bossé sur Dent d'Ours avec elle, on n'a pas hésité à la réclamer pour Black Squaw aussi. Et le fait qu'elle soit mon épouse n'a rien à voir dans la décision, elle a commencé à bosser avant moi d'ailleurs", indique Alain Henriet.

© Dupuis (ph: JVK)

Il poursuit: "Faire une BD c'est un travail de fourmi, qui demande plein de gens, des mois de travail, de relecture... Je n'hésite jamais à mettre les noms des gens qui m'aident dans les remerciements, ce n'est pas parce qu'il n'y a que le nom de l'auteur et du dessinateur sur la couverture que c'est juste un travail en duo. Le quatrième tome de Black Squaw est déjà en préparation, ce sera le dernier de l'histoire, on a déjà bien commencé mais on veut terminer l'épopée avec une vraie fin, il sera donc plutôt dense parce qu'il nous reste encore pas mal de trucs à raconter."

===========
> Black Squaw - 3. Le Crotoy, Yann/Henriet, éd. Dupuis, 14.50€ (parution le 17/06).

L'avis du journaliste: une excellente découverte, basée sur des faits réels, avec pour changer une femme - métisse qui plus est: ça fait du bien. Le troisième tome a un rythme un peu plus particulier que les deux premiers, mais ça n'empêche pas de rentrer dans l'histoire et d'envie d'en savoir toujours davantage. Ce volume n'est même pas encore sorti officiellement qu'on a déjà envie d'avoir le quatrième pour connaître la suite et clore cette aventure assez dingue dans une époque qui l'est tout autant!