Un important arriéré de travail n’a pas permis à l’inspection régionale des finances de rendre un avis sur la liquidation de la subvention de fonctionnement 2021 du Bois du Cazier à Marcinelle, ainsi que trois autres attractions majeures de Wallonie. Le point aurait dû figurer à l’ordre du jour du gouvernement wallon de ce vendredi. Il a été reporté.

Comme le déplorait ce week-end le président de l’ASBL Jean-Claude Van Cauwenberghe, c’est la première fois que le site de mémoire n’a pas reçu son dû de la part du Commissariat Général au Tourisme (CGT). Pour libérer les fonds, il ne manque plus que l’avis favorable de l’Inspection des Finances. Mais voilà. Cet avis n’a pas été remis dans les délais, il a fallu différer le dossier. L’Inspection des Finances étant gardienne de la légalité des décisions, la ministre Valérie De Bue (MR) en charge du Tourisme "entend se conformer scrupuleusement à ses avis."

S’il maintient sa pleine confiance au CGT, le directeur du Bois du Cazier Jean-Louis Delaet insiste sur l’urgence vu les défis et événements de 2022, où le site de mémoire célébrera le triple anniversaire des 200 ans de sa concession d’exploitation, des 20 ans de son ouverture et des 10 ans de sa reconnaissance Unesco. "Il est impératif que notre ASBL perçoive ses subsides pour pourvoir faire face sereinement à ses dépenses", dit-il. L’arriéré est de 360 000 euros.

La volonté du gouvernement est de passer avec les opérateurs concernés une convention cadre, sorte de contrat programme soumis à une évaluation. Cela permettra de contrôler que les objectifs fixés ont bien été atteints. Encore un peu de patience…