Charleroi La France va faire sauter le "bouchon" vers le centre de l’Hexagone.


L’État français a annoncé un investissement de 17,2 millions d’euros dans ses voies nautiques, spécifiquement au sud de Maubeuge. Sur 71 km de Sambre, à l’Oise, entre Landrecies et Tergnier, 22 écluses seront réhabilitées. Objectif d’ici 2021 : faire venir les touristes. Et ça pourrait radicalement changer le visage du tourisme aussi chez nous, sur le territoire de Charleroi Métropole, de Charleroi à Erquelinnes, en passant par Thuin.

Jusqu’ici, les bateliers venant de Namur étaient bloqués par ce "bouchon" français, suite à la fermeture d’une écluse en 2006. "Ça a empêché de développer le tourisme fluvial chez nous. En tant que président de Charleroi Métropole, j’étais allé rencontrer les responsables français il y a quelques mois, et ils avaient annoncé cet investissement massif", confirme Paul Furlan (PS), bourgmestre de Thuin. "Et c’est une excellente nouvelle pour nous et toute la région."

Excellente nouvelle , en effet, puisque la réouverture de la Sambre côté français permettra aux bateliers de descendre de Namur jusqu’au centre de la France. De quoi drainer de nombreux touristes. Et booster l’économie. Parce que les haltes nautiques sur ce trajet sont aujourd’hui situées à Erquelinnes, Lobbes, Thuin et Montigny-le-Tilleul, mais prochainement aussi à Charleroi, avec le développement de la rive gauche face à la gare et sa fameuse "marina" : de quoi donner du grain à moudre à tous ceux qui se demandaient ce que la capitale du Pays noir pourrait bien faire d’une halte nautique.

"Ça va évidemment nous obliger à faire des aménagements sur notre halte nautique", continue Furlan, "mais ce sera l’occasion de ressortir des projets existants de leurs vieux cartons et les remettre au goût du jour." Il faut fournir aux bateliers de l’eau, de l’électricité et des sanitaires. Mais aussi des balades, des restaurants, et toutes sortes d’activités que cherchent les "touristes fluviaux", à savoir principalement du durable, de vert, et du culturel. Et c’est précisément là qu’excelle notre territoire, avec ses paysages aulniens magnifiques, son passé industriel et son développement culturel sous stéroïdes. De quoi booster l’emploi et l’économie, tout en retrouvant un patrimoine historique un peu perdu de vue.

"Une bonne nouvelle pour la plaisance et le tourisme qui l’accompagne avec le développement de notre halte nautique sur les quais de Sambre, mais peut-être aussi, à terme, pour le fret qu’on pourra envisager avec les nouvelles technologies comme le téléguidage", précise la Ville de Charleroi. "Le chantier reste ouvert chez nous, et nous sommes en contact permanent avec le port autonome carolo et Maubeuge."