De l’aveu même du substitut Bury, le métier d’accompagnateur de train est un lourd métier qui représente des risques. Comme en témoigne cette récente agression d’une accompagnatrice de train qui a eu lieu en gare d’Ottignies, il y a moins d’une semaine, dans un train ralliant Dinant à Bruxelles. Et quatre jours plus tard, une nouvelle agression de ce type a eu lieu à la même gare…

C’est pour une agression commise sur une accompagnatrice de train à la gare de Charleroi-Sud que Boubacar s’est présenté devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Le 23 janvier dernier, la victime a reçu un coup de pied dans le dos, par un agresseur. « Elle a remarqué l’attitude inquiétante de trois personnes dans un wagon. Elle a été se cacher dans un compartiment réservé aux accompagnateurs de train avant de croiser la route du trio sur le quai », détaille le parquet.

Selon le parquet, la personne qui a couru après l’accompagnatrice dans le train avant de lui donner un coup de pied dans le dos est Boubacar. La description vestimentaire de l’agresseur correspond à ce qu’il portait ce jour-là. « C’était le seul à être habillé en noir. » Mais le jeune guinéen, en séjour illégal, conteste les faits.

Une peine de minimum 2 ans de prison est requise contre lui. Jugement le 14 janvier.