Le parquet n'a pas eu d'autres choix que de requérir défaut contre le trentenaire, absent ce mercredi matin, pour se défendre devant le tribunal correctionnel de Charleroi. Au total, ce sont cinq préventions qui sont reprochées à Mehdi.

En décembre dernier, le prévenu a commis une tentative d'extorsion dans un magasin à Anderlues. Armé d'un couteau de cuisine, Mehdi s'est dirigé vers l'employé à la caisse pour le menacer afin de se voir remettre de l'argent. Face à lui, l'employé n'a pas bronché. « Il a également fissuré le plexiglass posé sur le comptoir et pris un morceau pour menacer la victime », précise le parquet.

À deux reprises, Mehdi s'est également servi dans un Proxy Delhaize, toujours à Anderlues, en consommant des sandwichs et un croissant qui n'ont pas été payés. Le 19 mai dernier, c'est une rébellion qui est reprochée au prévenu. Vers 17h30, il a refusé de se faire contrôler par des policiers présents dans le parc situé à l'arrière du GHdC. « Il n'avait pas son masque. Il s'est levé d'un coup en montrant les poings. Une altercation s'en est suivie, avant que les agents parviennent à le maîtriser. »

Il est rentré par effraction dans une maison pour s'installer dans le salon

Nerveux, Mehdi l'a encore été le 14 avril dernier, au CPAS de Charleroi. « Il s'est présenté à la cellule sans-abri du CPAS mais c'était un jour de fermeture, donc on lui a refusé l'entrée. Il a donné un coup de pied dans la porte », souligne le parquet. Un peu plus tard, pour passer une nuit confortable, l'individu n'a pas hésité à briser l'une des vitres d'une maison inoccupée pour y faire un feu et s'installer dans le salon.

Pour l'anecdote, une prévention de port d'un tournevis, « pour se défendre », est également reprochée à Mehdi. Pour ces nombreuses préventions, le parquet a requis une peine de deux ans de prison. Jugement le 9 février.