Mariée à Valérie, Cindy s’est donné trois chances de sauver leur mariage. Mais depuis quelques mois, cette dernière est séparée de son épouse à la suite de plusieurs scènes de violence. Pour elle, Valérie est agressive et plutôt violente avec Cindy. « Elle me saute dessus à chaque fois. Je ne fais que me défendre. »

Mais le parquet lui reproche pourtant d’avoir endossé le rôle de tyran à trois reprises, au domicile conjugal à Mont-sur-Marchienne, en 2019. Lors de la première scène, Cindy n’a pas supporté que Valérie se trouve au téléphone. Valérie a, par la suite, encore subi des coups de poing lorsqu’elle a annoncé à sa femme qu’elle voulait la quitter ou en rentrant d'une soirée.

À chaque fois que la police est intervenue, les agents ont constaté une forte odeur d’alcool sur Cindy tandis que Valérie présentait des traces de coups et confiait être fréquemment victime de violence conjugale. Mais ce mercredi, Cindy refuse d’endosser le rôle de la femme violente. « Je sais ce que je suis et ce que je vaux. À chaque fois, ce sont des coups réciproques, mais elle porte plainte, même si moi aussi je présente des blessures. »

Le tribunal s’interroge donc sur l’absence de constat de lésions sur le corps de Cindy par les policiers ? « Ils ne mentent pas, mais ils ne m’ont rien demandé. On a déjà eu des problèmes avec des amis, car elles se jettent même sur eux. C’est facile de se mettre dans une bulle de victime », répond-elle.

Une peine de 10 mois de prison avec un sursis probatoire est requise par le parquet. Cindy est déjà connue pour un antécédent de vol avec violence, pour lequel elle a obtenu une peine de travail de 120 heures.

Pour tirer les événements au clair, le dossier a été mis en continuation au 26 mai prochain, pour permettre l’audition du fils et de la belle-fille de Cindy, également témoin des trois scènes de violence.