Le parquet de Charleroi permet, dans certains dossiers, d’échapper à une comparution devant le tribunal correctionnel de Charleroi en accordant une médiation pénale. L’auteur de l’infraction et la victime se mettent d’accord sur une réponse réparatrice à un dommage physique ou moral. Si nécessaire, des conditions plus strictes peuvent être ajoutées. 

Naoufel a obtenu cette mesure pour deux scènes de coups sur son ex-compagne et mère de son fiston. Il devait suivre une formation en gestion de la violence mais Naoufel n’a plus donné signe de vie, le poussant tout droit devant le tribunal correctionnel.

Le 4 juillet 2018, à Châtelet, Naoufel attend devant le domicile de son ex-compagne. Imbibé par l’alcool, Naoufel porte deux gifles au visage de la victime et lui porte divers coups dans le hall d’entrée. Jaloux, il veut vérifier le GSM de son ex avant de quitter les lieux.

Entendu, Naoufel jure regretter son geste. Visiblement, pas assez puisque deux mois plus tard, le 2 septembre, Naoufel fait un scandale lors d’un événement festif : l’anniversaire de son fils. Encore en état d’ivresse et pourtant invité par son ex, Naoufel s’emporte sur cette dernière. Fort heureusement, d’autres invités interviennent à temps. Mais Naoufel, peu adroit en lancer, se saisit d’une chaise pour enfants et blesse une jeune fille au visage.

Malgré un casier judiciaire vierge d’antécédent, une peine d’un an de prison est requise, par défaut, par la substitute Dutrifoy. Jugement le 9 octobre.