La résidence créative d’été thudinienne pourrait changer de formule dans un an

Ce samedi s’est clôturée la quatrième édition de Camp d’art, la résidence créative d’été organisée par le centre culturel de Thuin, la maison des jeunes et l’AMO Tu dis jeunes. Après onze jours d’ateliers, d’activités et de rencontres, les participants ont exposé leurs œuvres aux yeux de tous, dans une ambiance festive.

Emilie vient de Jamioulx et participait au camp pour la quatrième fois. "Je ne me considère pas comme une artiste. Au quotidien, je tourne autour de ce milieu sans mettre la main à la pâte. Ici, j’ai osé sauter le pas. J’ai fait de la danse, me suis essayée au travail du métal dans la forge. Je me suis rendu compte que j’étais capable de faire quelque chose."

Elle a profité de son séjour pour concrétiser un projet de création de caisson. "Lorsqu’on s’installe à l’intérieur, des lumières et des mots sont projetés sur le caisson transparent. On a l’impression d’entrer dans notre cerveau. C’est un genre d’introspection." Emilie a bénéficié de la rencontre d’autres artistes pour améliorer son projet. Car c’est un des objectifs recherchés par les organisateurs de Camp d’art, l’échange d’expériences et d’idées entre les participants, la découverte d’autres disciplines.

"Cette année, la vidéo, le son et les arts numériques se sont davantage implantés", souligne Jean-Luc Urbain, coordinateur artistique au centre culturel. "Il y avait aussi les arts plastiques, la récupération d’objets, la forge, la couture, le théâtre."

Pour la première fois, des modules de démarche créative étaient animés par des artistes extérieurs pour les participants du camp mais aussi toute personne extérieure. "Le camp est en effet ouvert à tout le monde, pas uniquement aux professionnels", ajoute encore Jean-Luc Urbain. "Le bilan de cette quatrième édition est positif même s’il y a eu moins de participants. Par contre, l’équipe était plus liée." Les artistes venaient de la Thudinie mais aussi de Mons, Namur, Bruxelles, Liège et même de France.

Les organisateurs songent cependant à faire évoluer la formule pour l’été prochain. "Nous tenterons de trouver notre spécificité tout en gardant l’ambiance de cette édition-ci."