Candy Georges est une jeune professeure de sciences du Collège du Sacré Cœur de Charleroi. Confrontée à un manque de motivation et d’investissement de ses élèves lors des révisions, elle décide de concevoir un jeu pour préparer ses élèves à l’épreuve certificative de sciences qui a lieu à la fin du 1er degré. Le jeu de société est en lien avec le programme scolaire et porte le nom de Scienscool, une combinaison des mots "sciences", "school" et "cool". "En plus de permettre de revoir la matière du 1er degré en sciences et de préparer au CE1D de sciences, Scienscool permet de rappeler la démarche scientifique" explique Candy.

Concrètement, ce jeu pédagogique se déroule sous forme d’enquête dans laquelle les joueurs doivent trouver un code secret permettant de sauver le directeur d’une école. Les questions du jeu ont été rédigées de manière que l’élève puisse retravailler tous les points du programme scolaire et toutes les compétences du socle.

Avant de lancer le jeu, la prof de science l’a fait tester par 200 élèves dont le retour a été plus qu’encourageant. Outre le côté ludique Candy a pu démontrer que les élèves qui utilisent le jeu en classe obtiennent de meilleurs résultats aux examens.

Le jeu ayant remporté un franc succès auprès de ses propres élèves c’est tout naturellement que Candy s’est lancé le défi de commercialiser son jeu pédagogique pour le rendre accessible au plus grand nombre.

Pour parvenir à en assumer la production, une campagne de crowdfunding sur la plateforme Ulule vient d’être lancée. Avec différents types de contrepartie, ce financement participatif permet à la fois à des familles ou à des classes de se procurer Scienscool, mais également à des contributeurs de faire des dons pour pouvoir offrir le jeu dans des centres d’accueil, des orphelinats ou d’autres organismes soutenant les adolescents. "Ce jeu se veut ludique mais aussi accessible à tous. Il me semblait important de permettre, au travers de cette campagne, de faire de dons pour permettre aussi aux plus démunis de réviser de façon ludique. C’est important, à son échelle, de favoriser l’égalité des chances," poursuit Candy.

Pour développer son projet de jeu de société, Candy Georges est aidée depuis 2 ans par l’incubateur étudiant de Charleroi Entreprendre, le StudentLab. "Si cela peut contribuer à redonner aux jeunes le goût des révisions, il faut rapidement étendre la gamme au-delà des matières scientifiques !" conclut-elle.