L’échevin Goffart table sur la rénovation de 70 à 80 rues cette année.

Si le Covid-19 est venu se placer en travers de la route d’entreprises de travaux publics, il n’a pas réussi à gripper la machine du service de la Voirie de Charleroi. "Depuis le 20 avril, l’activité a d’ailleurs repris sa vitesse de croisière", selon l’échevin de tutelle Éric Goffart (C +). "Et tous les chantiers s’exécutent dans le respect absolu des règles de distanciation, d’hygiène et de protection sanitaire."

Ainsi, cinq chantiers ont pu se terminer durant ou juste après la période de confinement : à Charleroi, il s’agit des rénovations des rues Pige au Croly, Jonet et de Lodelinsart, dans le district ouest de celle de la rue de la République et aux confins de Mont-sur-Marchienne, de celle de la rue Chapelle Beaussart où de nouvelles zones de parking ont été aménagées sur 7 500 mètres carrés devant le siège de l’entreprise Thales. "Au début 2020, je pensais pouvoir annoncer le relifting d’une centaine de voiries sur l’année", commente l’échevin. "Au bout du compte, nous serons dans une fourchette de 70 à 80 car si la pandémie a entraîné des reports, la diminution du trafic sur les routes et l’anticipation de la préparation des dossiers nous ont permis de limiter les retards."

De fait : 12 voiries ont déjà été remises à neuf depuis janvier, dix sont actuellement en travaux et 10 autres se profilent à l’agenda. Il s’agit à la fois de chantiers d’entretien et d’opérations de chirurgie lourde comprenant parfois des aménagements d’égouttage, comme à la rue Jaumet à Marchienne. Les services de la Voirie ont également repris leurs travaux de marquage au sol : traversées piétonnes, lignes stop, triangles, emplacements PMR mais aussi traçage des cheminements cyclables mobilisent du personnel en interne et chez les sous-traitants. Plusieurs itinéraires pour vélo sont d’ores et déjà praticables dans les districts sud et nord.

Enfin, les équipes spéciales sont à pied d’œuvre pour évacuer les boues et déchets des avaloirs du réseau d’égouttage. Les orages de la saison estivale peuvent être très violents. Il faut protéger les quartiers les plus exposés aux risques d’inondation.