Le secteur de l'aide alimentaire demande un encadrement plus professionnel et un cadastre des structures existantes.

Avec deux distributions de repas et de colis alimentaires par semaine, les responsables de l'asbl "La faim du Mois" ne manquent pas de boulot. Kathy Clément, Hichame Imane et une équipe motivée de bénévoles ont dû revoir leur fonctionnement tant la détresse et les demandes d'aides affluent.

Afin de préparer, distribuer, stocker et créer une épicerie sociale, l'asbl a déménagé de la place de la Digue au 11 de la rue Ferrer (perpendiculaire au Boulevard Tirou). Dans des locaux plus grands loués à la société de logement La Sambrienne, les bénévoles préparent plats et colis. Ce changement d'adresse a été accompagné, en plus de l'aide du CPAS de Charleroi, d'un don de 5.000 euros du Kiwanis Club Charleroi Promotion remis par le président Richard Bricoult.

Même si le déménagement offre plus d'espace pour préparer les repas et accueillir le public, il est, hélas, la preuve que de plus en plus de carolo ne peuvent plus s'en sortir sans aide. "En févier, nous avons commencé avec 80 repas une fois par semaine", explique Kathy Clément, présidente de l'association. "Aujourd'hui nous sommes à deux distributions par semaine et à chacune d'elles il y a presque 600 personnes. Depuis février nous sommes à plus de 7.000 repas et colis distribués. Si nous pouvons encore contenter chacun c'est grâce aux dons des particuliers, des associations d'entraide et des restaurateurs de la région."

Bien que les bénévoles accueillent le public avec le sourire, ils ne peuvent s'empêcher de se poser des questions sur la paupérisation progressive des carolo. "Avoir une file d'attente aussi longue et peu de véhicules aux alentours nous fait penser que les gens viennent à pied ou en transports en commun pour certains. Les ménages avec travailleurs sont aussi de plus en plus nombreux. Il faut payer la maison et quelques autres factures mais avec des revenus moindre. Recevoir une aide alimentaire permet de vivre plus décemment et se libérer en partie la tête des questions d'approvisionnement en nourriture."

www.aidealimentaire.be Une nouvelle plateforme informatique pour la gestion de l’aide alimentaire

Pour les responsables de l'asbl la Faim du Mois, le nombre de personnes à aider va encore augmenter dans les semaines et mois à venir. Pour avoir une vue globale sur l'aide optimale a apporter sur le terrain, la mise sur pied d'un cadastre complet des acteurs sociaux était une attente.

Afin de répondre à cette demande et organiser au mieux l'aide alimentaire, le ministre Ducarme en charge de l'Intégration sociale au gouvernement fédéral a présenté une nouvelle plateforme informatique pour la gestion de l’aide alimentaire. "Il s'agit d'un outil positif pour développer les interactions entre les personnes précarisées, les organisations de terrain et les bénévoles", explique le ministre.

"La situation des personnes précarisées doit continuer à nous mobiliser. La nouvelle plateforme informatique pour la gestion de l’aide alimentaire permet une meilleure interaction entre les acteurs de terrain, les personnes dans le besoin et les citoyens bénévoles. Ces derniers peuvent notamment s’y inscrire comme bénévoles ou connaître les besoins en termes de dons des organisations. Je félicite Level IT pour avoir rendu cet outil possible et le travail de coordination qu’ils ont effectué. Je tiens aussi à souligner le travail exceptionnel des associations de terrain et des CPAS. Ils continuent à jouer un rôle primordial dans la distribution des denrées alimentaires, malgré les circonstances difficiles que nous connaissons actuellement."

Cette plateforme offre également la possibilité  de mettre en relation le personnel des organisations de terrain avec les bénévoles.

Cette mise à jour de la platefome informatique s'ajoute à différentes mesures mises en place par le ministre Ducarme. Pour rappel, 3 millions d’euros ont été versés aux CPAS afin qu'ils puissent directement soutenir les bénéficiaires dans le cadre de l’accès aux denrées alimentaires et aux produits d’hygiène de base. Quelque 276.000 euros ont déjà été débloqués sous forme de subside pour les banques alimentaires du pays confrontés à une baisse des invendus de la grande distribution. Dernièrement, c'est une manne de 15 millions d'euros à destination des CPAS qui a été débloquée "pour que les CPAS puissent répondre à l’augmentation des demandes d’aides sociales dans le cadre de la crise du Coronavirus."