En 2015, les sanctions administratives à percevoir s’élevaient à près de 40.000 €.

Charleroi a entrepris sa métamorphose et ça commence à se voir. Dans l’intraring, une dizaine de grues sont à pied d’oeuvre, le complexe commercial Rive Gauche entre dans la dernière phase de sa construction. Si les choses s’améliorent, ce n’est pas encore le paradis : l’incivisme s’invite beaucoup trop fréquemment dans le paysage urbain.

On peut investir autant qu’on veut dans l’amélioration de l’espace public, si des actions ne ciblent pas l’incivisme, la bataille du renouveau ne sera pas gagnée.

Dans une réponse à l’interpellation du conseiller communal MR Maxime Sempo, la première échevine déléguée à la fonction de bourgmestre Françoise Daspremont (PS) a annoncé un renforcement des moyens humains et matériels pour soutenir la prévention, mais aussi la répression des infractions.

C’est sur le terrain environnemental que les incivilités sont les plus présentes : 70 % des PV dressés par les agents constatateurs ou la police locale concernent des dépôts sauvages d’immondices sur le domaine public ou des terrains privés, le respect de la collecte sélective (des citoyens déposent leurs déchets n’importe quand et n’importe comment).

Chaque jour en moyenne, trois dépôts clandestins sont passés au crible par le service de la propreté. Une fois sur deux, le résultat des fouilles permet d’identifier les auteurs et de les sanctionner. Montant des amendes réclamées : de 50 à 250 euros, selon la gravité des infractions.

En 2015, les sanctions administratives à percevoir s’élevaient à près de 40.000 euros pour seulement 25.000 l’année précédente. Sur le terrain, sept agents constatateurs communaux sont affectés aux contrôles de propreté.

Pour renforcer la prévention et intensifier la répression, la ville a inscrit au budget 2016 le recrutement de six employés supplémentaires dont un juriste. "Nous avons également prévu d’installer un nouveau logiciel de gestion plus performant", dit Daspremont.

Pour augmenter le nombre de flagrants délits, le service communal de Propreté étudie le projet d’acquérir des caméras de surveillance mobiles, indique encore l’échevine déléguée.

Ces caméras seraient placées dans les lieux les plus exposés à l’incivisme. Tags, jets de mégots de cigarette et de canettes à boisson, abandon de papiers gras et déjections canines : de par leur accumulation, ces petites incivilités pèsent sur le moral et renforcent le sentiment d’insécurité et de délabrement. Un dernier chiffre résume bien le caractère inacceptable de l’incivisme environnemental : chaque année, 10.000 tonnes de détritus sont ramassées sur le domaine public.