La ville de Charleroi a commencé le paiement de ses primes communales aux restaurateurs victimes du confinement. Selon un règlement voté par les élus, ces primes s’élèvent à un minimum de mille euros et un maximum de 10.000, en fonction de la superficie des salles et du nombre de membres du personnel. Elles constituent l’une des mesures du plan de relance de l’économie locale adopté par le conseil en juin. 

Pour introduire un dossier, il suffit de remplir un formulaire et d’y joindre quatre pièces, une démarche relativement facile. A ce jour, ils ne sont pourtant qu’une septantaine d’établissements à l’avoir fait, alors qu’une quarantaine d’autres demandes sont en cours d’analyse et de traitement. 

Au total, le collège a ordonné le paiement de primes à hauteur de 215.000 euros : une première liste de bénéficiaires a été approuvée la semaine dernière, la suivante ce mardi. 

Selon nos informations, ces chiffres sont nettement en dessous de ceux attendus par l’exécutif de Paul Magnette. Qui invite les restaurateurs ne l’ayant pas encore fait à accomplir rapidement leurs formalités. 

Dans le souci de répondre le plus adéquatement aux difficultés du secteur, il nous revient que les règlements entrés en application vont être modifiés sans doute lors du conseil communal de septembre : d’une part, il est question d’élargir l’octroi des primes aux traiteurs qui en sont actuellement exclus. Les contraintes sanitaires leur imposent de n’accueillir qu’un nombre limité de convives, ils sont d’autant plus pénalisés s’ils gèrent de grandes salles. Selon nos informations, on s’orienterait pour cela vers une prime forfaitaire entre mille et 10.000 euros. 

Quant aux primes terrasses, celles-ci ne concernent actuellement que les installations sur l’espace public, non sur l’espace privé. Là aussi des changements sont à l’étude.