Charleroi Ils sont près de 50 à suspendre le temps pour nous faire découvrir Charleroi sous tous les angles.

Avec le renouveau carolo se développe le tourisme. Charleroi, première ville wallonne, a compris qu’il fallait organiser des visites touristiques.

Pour ce faire, la Maison du Tourisme de Charleroi rassemble des guides issus de tous horizons qui, pour certains, n’habitent même pas la région. Amoureux de paysages et d’Histoire, ils parcourent les rues partageant leur passion. Si à la création de la Maison du Tourisme, on comptait cinq guides certifiés, aujourd’hui ils sont 48 proposant des visites en sept langues, dont le japonais.

Des égouts de la ville aux sommets des terrils, la ville est devenue un vrai site touristique où l’on peut consacrer des journées à visiter la ville suivant différents angles.

Ces guides sont capables de faire revivre la vie des grands hommes et d’expliquer les paysages industriels de la région. Charleroi offre l’occasion à des hommes et des femmes de tous âges de suspendre le temps, dévoilant un pan d’Histoire souvent méconnu. Chaque phase de transformation de la ville est l’occasion pour les guides de faire ressentir Charleroi autrement. Par exemple, au moment des travaux de la ville basse, des guides architectes et ingénieurs ont proposé de faire découvrir les techniques de construction. Pour le Street Art de la Porte ouest, des artistes urbains ont pu faire découvrir les grandes fresques recouvrant les usines désaffectées.

Pour devenir guide reconnu par la Maison du Tourisme, les candidats doivent prouver trois visites par an sur les trois dernières années, fournir un CV et adhérer à la charte des guides. Ceux-ci sont à différencier des greeters qui sont des habitants offrant une vision personnelle de Charleroi (les bonnes adresses, leurs activités favorites…).

Même s’il n’est pas reconnu comme guide, il en est un tout particulier : Nicolas Buissart. "Au départ, je voulais proposer un tour des endroits oubliés de Charleroi, un périple plus underground. Je ne me moque pas de Charleroi, j’y vis et j’adore mon centre-ville. Les visiteurs viennent de partout et je suis parfois surpris de voir arriver l’une ou l’autre équipe télé étrangère. Depuis le début de l’aventure et suivant l’évolution de la ville, j’ai pas mal adapté mes visites pour la ‘professionnaliser’. J’ai appris beaucoup de choses sur le terrain et dans mes lectures. J’ai conscience d’être à part mais mes intentions sont les meilleures."