Charleroi

Le tribunal correctionnel de Charleroi a rendu son jugement ce mercredi concernant Henri H. 

Cet habitant de Charleroi avait été jugé pour des faits d’attentats à la pudeur et de viols envers sa fille. La jeune fille était âgée d’à peine 4 ans au début de la période infractionnelle qui court d’avril 2016 à novembre 2017. À l’époque, Henri H. est domicilié chez sa mère et a la charge de son unique enfant depuis sa séparation avec son épouse. Il a alors régulièrement abusé de sa fille, notamment au moment du bain. La forçant, en autre, à pratiquer des fellations.

Lors de l’enquête, la fillette avait décrit en détail les sévices qu’elle avait subis. Les enquêteurs avaient d’ailleurs considéré son témoignage comme hautement crédible. Son père est aveux complet des faits mais reste très laconique dans ses explications. "J’avais envie d’une femme, j’ai pris ce que j’avais sous la main" comme il l’a expliqué lors d’une audition. Des propos dont s’était servi l’avocat de la partie civile, Me Lavendhomme, pour montrer le peu de considération que l’accusé porte envers sa propre fille et envers les femmes en général.

Face au semi mutisme dont a fait preuve le prévenu et du peu de remord qu’il a exprimé lors de ses auditions, le ministère public avait requis un lourde de peine d’emprisonnement en requérant 10 ans d’enfermement. L’avocat de la défense, Me Jean-Pierre Deprez avait plaidé pour un sursis probatoire pour éviter à son client la prison. Selon lui, le milieu carcéral et l’enferment ne ferait qu’aggraver les troubles de son client. Il en ressortirait "tel une bête" avait-il précisé. Il préconisait donc un suivi psychologique.

Ce mercredi, la sixième chambre correctionnelle de Charleroi a rendu son jugement et a condamné l’accusé à 7 ans d’emprisonnement, le reconnaissant coupable des faits de viols envers sa fille.