Le hérisson est une espèce animale protégée en Europe depuis la convention de Berne (1982). Avec l'urbanisation et la disparition progressive de son milieu naturel, ce petit mammifère se réfugie désormais dans les jardins, mais il n'y trouve pas le refuge qu'il pouvait espérer : seuls 4 individus sur 1000 atteignent l'âge de 10 ans, alors que l'immense majorité meurent avant d'atteindre deux ans... et seulement 27% sont victimes de leurs prédateurs naturels (fouines, blaireaux, renards, putois, ou des parasites). Les autres meurent à cause de l'activité humaine. Et le robot-tondeuse est un des coupables désignés.

Alors que la ministre du Bien-Être Animal, Céline Tellier, veut élaborer une norme de construction pour les robots-tondeuses et qu'elle envisage l'interdiction de ces engins durant la nuit, plusieurs villes et communes ont pris de l'avance : Thuin et Seraing, par exemple, ont franchi le pas. C'est maintenant au tour de Charleroi, si tout va bien. 

Le collège communal de la Ville de Charleroi a pris acte la semaine dernière d'une proposition de modification du Règlement Général de Police, émanant de l'échevine du Bien-Être Animal Françoise Daspremont et du Conseil Consultatif du Bien-Être Animal. L'interdiction pourrait entrer en vigueur après un passage devant le conseil communal. Pour l'heure, l'échevine et le conseil consultatif espèrent que "ce petit geste citoyen d'éviter de tondre la nuit à l'aide d'appareils automatiques contribuera à la sauvegarde des hérissons dans notre région".

"L'objectif serait d'interdit l'utilisation de robots-tondeuses entre 18 heures et 9 heures du matin, dans les parcs et jardins", note la Ville dans un communiqué. "Ces appareils, automatiques et silencieux, font des ravages chez les hérissons. Cette demande d'interdiction est apparue conforme à la philosophie de la protection des animaux défendue par Charleroi. La population de hérissons en Europe comme dans nos régions est en constante diminution."

Le conseil consultatif, pour sa proposition, s'est appuyée notamment sur les notes de CREAVES (Centre de soins et de revalidation pour hérissons sauvages) qui reçoit de plus en plus souvent des hérissons blessés par des machines d'entretien de jardin et plus particulièrement des robots-tondeuses à gazon.