Le CPAS et Fedasil cherchent des bâtiments où installer quelques familles.

De nouvelles places d’accueil devraient être créées à Charleroi pour y héberger des demandeurs d’asile. C’est en tout cas la volonté du CPAS et de Fedasil. Les démarches n’en sont qu’au commencement mais la volonté d’y arriver est bien réelle. "Nous avons encore peu d’informations à ce stade mais nous recherchons trois ou quatre maisons unifamiliales, disséminées sur le territoire carolo, appartenant à la régie foncière", confirme Didier Neirynck, responsable communication pour le CPAS.

Elles seront aménagées en Initiatives locales d’accueil (ILA), comme c’est le cas dans d’autres communes plus petites. À Charleroi, ce sera une première. "Nous n’avions pas été sollicités jusqu’à présent puisque nous avons un important centre Fedasil à Jumet, mais le manque de structures d’hébergement a changé la donne. Charleroi doit monter en puissance à ce niveau-là", poursuit Didier Neirynck.

Du côté de Fedasil, les ambitions sont même plus élevées. Un représentant de l’agence fédérale est venu sur le terrain mercredi après-midi. "J’ai visité un bâtiment de 1.000 mètres carrés qui est susceptible de devenir une ILA", souligne Abraham Moureau. "À l’heure actuelle, sept petites structures sont intéressantes. Elles pourraient accueillir une quarantaine de personnes."

Abraham Moureau précise néanmoins qu’il ne s’agit que d’un projet. Le CPAS devra en effet débloquer les fonds pour aménager ces maisons. "Il y a pas mal de rénovations à faire au niveau des sanitaires et des salles d’eau. Ces logements devront répondre aux normes de Fedasil, du CPAS et obtenir l’aval des pompiers."

Fedasil étudie en outre la possibilité d’ouvrir un petit centre communautaire pour une cinquantaine de familles, toujours à Charleroi. Des habitations adaptées aux mamans avec enfants manquent cruellement. Ils pourraient y trouver refuge le temps de régulariser leur situation.