Des traceurs du monde entier se réuniront mi-août pour le Move In The Air.

Le parkour est un sport extrême dont on parle peu, voire qui a mauvaise presse. Pourtant, cette discipline est pratiquée partout à travers le globe. Et Charleroi possède le seul "parkour park" de Belgique.

"Le parkour, c’est se déplacer le plus vite possible du point A au point B, en mélangeant saut en hauteur, en longueur, gymnastique, escalade et course", explique Sylvain Henriet, professeur d’éducation physique et l’un des fondateurs du complexe Freerun It. "C’est interdit en Belgique, en tout cas en extérieur. Il y a le regard des gens, qui ont en tête le film Yamakasi, et qui craignent que nous ne soyons des voleurs qui montent partout. Il y a aussi certaines personnes qui pratiquent le parkour en sautant partout chez des privés, sans aucun respect."

C’est la raison pour laquelle Sylvain et ses amis traceurs ont créé ce parkour park à Montigny-le-Tilleul, en 2012 : une sorte de salle de gymnastique, modifiée avec des structures cubiques, des murs et des assemblages de tuyaux pour reproduire le type d’obstacles rencontré en ville. "Cela nous permet d’une part de pouvoir nous assurer et sécuriser les lieux, et d’autre part de regrouper des challenges qui sont parfois éloignés de plusieurs kilomètres, si on était en ville."

Les 12, 13 et 14 août prochains, une vingtaine d’athlètes de renommée internationale viendront, tous frais payés, montrer leur talent à Charleroi pour la 4e édition du Move In The Air. "Par exemple, il y a les French Freerun, qui ont participé à cette vidéo du jeu Assassin’s Creed qui a très bien fonctionné. Il y a aussi des traceurs américains qui viendront depuis Los Angeles, où se trouve le plus grand parkour park du monde."

En plus des démonstrations physiques, les invités se plieront au jeu du freerun, qui reprend l’idée de base du déplacement urbain en y ajoutant des cascades acrobatiques et des figures de gymnastique, uniquement pour l’aspect visuel et la prouesse sportive. À noter que ces athlètes ne seront pas seuls à cabrioler en l’air durant les trois jours, puisque les 300 élèves qui se sont lancé dans l’aventure sur Charleroi se mesureront à eux.