"Autrefois souvent décriée, Charleroi a réussi une reconversion décalée. Bénéficiant d'un riche passé industriel, c'est aujourd'hui une destination tendance. Elle mêle diverses facettes. D'un côté, il y a l'héritage de l'industrie lourde, le berceau du Pays Noir avec ses cheminées et ses usines juxtaposées à des maisons ouvrières dans une joyeuse anarchie, mais aussi ses terrils. D'un autre côté, il y a la bande dessinée, le Street Art et la culture alternative", écrit WBT qui parle d'une "nouvelle jeunesse" pour la ville de Charleroi avec les travaux de rénovation urbaine ces dix dernières années.

La brochure propose des auberges, chambres d'hôtes, gîtes et hôtels carolos et suggère parmi ses "à voir, à faire" des visites de plusieurs musées (Musée de la Photographie, BPS22, Bois du Cazier) aux côtés de promenades Street Art et "Ar nouveau/Art Déco" dans le cœur de la ville, sans oublier les différentes balades des terrils et le safari urbain "Charleroi Adventure".

De quoi convaincre des potentiels visiteurs étrangers? Pour rappel, Charleroi avait attiré (minimum, c'est un public difficile à compter) 170.000 touristes en 2018, pour moitié étrangers (France, Italie, Pays-Bas, Allemagne et Royaume-Uni principalement).