L’ASBL Comme Chez Nous amorce son "phasing-out" pour les SDF.

Déconfinement ne veut pas dire retour à l’ancienne vie. Dans de nombreux secteurs, de nouvelles règles sanitaires sont entrées en vigueur et vont continuer à s’imposer. Pour répondre aux normes de distanciation et d’hygiène, les opérateurs de l’urgence sociale ont ainsi dû déménager leurs services, et en réorganiser le fonctionnement.

C’est le cas de l’ASBL Comme Chez Nous, dont le centre le Rebond assure l’accueil de jour des SDF. Depuis le 23 mars, l’activité a élu domicile à Marchienne à la salle omnisport de la Maison pour associations (MPA). "Les anciens locaux de la rue de Charleville n’étaient plus adaptés", observe la coordinatrice générale de l’ASBL Sophie Crapez. Si des travaux d’aménagement y ont été entrepris, le lieu n’a pas la capacité d’accueillir une jauge journalière de 60 à 70 usagers comme c’est le cas à Marchienne. Il faut donc rechercher une solution à moyen terme. "Au moins jusqu’au 30 juin, et au mieux jusqu’à fin août, nous avons l’espoir de maintenir notre ancrage à la MPA. C’est l’après qui nous préoccupe", dit-elle.

Pour son ASBL, la démultiplication des lieux d’accueil et l’accompagnement de groupes restreints ne sera pas sans conséquence financière. Selon une estimation, la facture du Covid-19 pourrait représenter un surcoût de 45 000 euros, essentiellement en personnel mais aussi en équipements. "Dans ce cadre, des protections en plexi sur mesure ont dû être fabriquées par notre menuisière, il a aussi fallu repenser les espaces, installer des lavabos à l’entrée de nos locaux. Dès la semaine prochaine, nous amorçons une reprise intégrale de nos activités", annonce la coordinatrice. Entretiens individuels, rencontres de femmes et/ou de familles au sein de l’atelier Parent’elles, animations de groupe, une recherche de financement est lancée pour soutenir ce redémarrage. "Car sans ressources nouvelles, certains de nos services devront être suspendus."

Le CPAS doit lui-même préparer son phasing-out pour son abri de nuit. Le déconfinement prend des allures de casse-tête. Attention aux dégâts.