40% de la population belge est à risque "d'exclusion numérique", ce qui représente à Charleroi 80.000 personnes : savoir à peine - voire pas du tout - se servir d'un ordinateur ou d'une connexion à Internet, c'est la fracture numérique. Et plus les revenus sont bas et le niveau de diplôme peu élevé, plus la fracture est grande. Entre 2021 et 2024, Charleroi veut changer cette donne.

L'échevin du numérique Eric Goffart (C+), vient de faire rapport de l'avancée de ses dossiers pour les six premiers mois du plan d'actions. En plus de la formation d'aidants numériques, sur laquelle on s'est déjà étendu, c'est maintenant le déploiement d'un Wi-Fi public qui commence. La bibliothèque Rimbaud, au centre-ville, et celle de Gosselies s'équipent pour permettre un accès à Internet gratuit : la réception devait se faire ce lundi. "Ailleurs, le réseau de Wi-Fi urbain est aussi en cours d'installation dans les Maisons Communales Annexes et sur le territoire communal: les quais, le parc Astrid, la Cité des Métiers et le campus, etc." précise la Ville.

Concrètement, la connexion au réseau public permettra l'accès à un portail : comprenant des informations sur la Ville, les actualités, les transports en commun, l'agenda culturel, etc. Mais aussi la possibilité d'accéder à "tout" le Web - avec un pare-feu pour bloquer les contenus pornographiques ou illégaux. 

750.000€ par an sont réservés pour développer et étendre l'accès au Wi-Fi public.