Les candidats aux élections font aussi leur marché comme tout le monde.


Ce dimanche a été la dernière occasion pour les différents candidats aux élections du 14 octobre prochain de se présenter aux citoyens sur le marché dominical.

Tous les partis étaient représentés par leur tête de liste même si tous les candidats pouvaient y distribuer leurs tracts.

La star du jour était sans contestation possible le bourgmestre en titre. Cyprien Devilers y trouvait aussi quelques fans aux encouragements francs et aux revendications multiples.

Le PTB était aussi présent en la personne de sa chef de file Sofie Mercks. Abordant les passant, elle proposait à qui le désirait de se confier à elle pour réfléchir à un autre Charleroi.

Ecolo n'a pas manqué le rendez-vous. Didier Desgain arpentait tranquillement les allées répondant aux différentes sollicitations.

Sans presser le pas, tous les candidats avaient à cœur de donner quelques instants pour expliquer leur programme ou répondre aux invectives de personnes remontées.

Les sujets abordés étaient variés et ne concernaient pas toujours directement les élections communales. Sans exceptions les candidats présents devaient s'expliquer sur la hausse du prix de l'énergie et les pensions par exemple.

Être présent sur les marchés est, pour certains des candidats, l'occasion de simplement faire ses courses comme presque chaque dimanche à l'image de Paul Magnette et de Cyprien Devilers. Depuis le début septembre le bourgmestre sortant s'y affiche plus en tant que candidat alors qu'il est habitué des travées. "On le voit souvent et il dit toujours bien bonjour. Là on lui parle parce qu'il se représente au poste de mayeur mais sinon on le laisse tranquille, c'est aussi dimanche pour lui." commente une dame qui vient de lui parler d'un mur effondré devant le domicile de sa mère âgée de 90 ans. Un autre promeneur vante sa maîtrise de l'italien.

La tête de liste du MR a aussi son avis sur la démarche :"nous devons être à l'écoute de chacun même si parfois nous savons que nous sommes là pour servir d'exutoire. Très vite les gens se calment et nous pouvons discuter du fond du problème."

Pour le PTB, il n'est pas question de discuter uniquement de problèmes de trottoirs ou de de dépôts d'immondices clandestins, Sofie Mercks veut aller plus loin et confondre les auteurs de ces dérives, de ce laisser aller. L'autorité communale doit veiller au bien-être de tous les citoyens sans faire de clientélisme.