Comme bon nombre de personnes avant lui, Grégory est poursuivi devant le tribunal correctionnel pour ne pas avoir respecté les conditions probatoires allant de pair avec le sursis probatoire octroyé par la justice, le 21 février 2019.

Ce jour-là, Grégory a été condamné à 2 ans de prison, avec un sursis probatoire de 5 ans, pour s’être lancé dans la vente de produits stupéfiants à la suite des soucis financiers qu’il rencontrait à l’époque.

Plus de deux ans après, Grégory risque une révocation de son sursis probatoire, et donc une condamnation définitive à deux ans de prison. Pourtant, Grégory a bien arrêté de consommer du cannabis et n’a plus commis la moindre infraction. Mais il n’a jamais donné suite aux convocations pour se présenter à la maison de justice. Ce qu’il confirme d’ailleurs.

D’après Me Druart, intervenant à la défense de Grégory, un problème administratif serait à l’origine de ce problème. "À l’époque, il vivait à Lodelinsart mais les courriers ont été envoyés à une adresse de référence au CPAS de Pont-à-Celles." Compte tenu de ce détail, le parquet ne s’oppose pas à laisser une deuxième chance au prévenu. Jugement le 10 février prochain.