Les zones 30 permettent-elles réellement de réduire le nombre d’accidents avec dégâts corporels et d’améliorer la qualité de l’air urbain?

Au conseil communal de Charleroi, le chef de groupe MR Nicolas Tzanetatos a fait savoir à l’échevin de la Mobilité et de la Transition écologique Xavier Desgain (Ecolo) qu’il n’en était pas convaincu.

A la sortie du confinement en juin, une limitation des vitesses est entrée en vigueur dans l’intra-ring, le centre de Gosselies a suivi en septembre. Selon Tzanetatos, aucun chiffre n’objective le caractère accidentogène de ces deux périmètres. Et une étude récente de Touring aurait fait apparaître que les véhicules polluaient davantage à 30 qu’à 50km/h. Desgain a commencé par le rappeler : "toutes les grandes villes ralentissent le trafic dans leurs hypercentres. A Mons et à Namur, les véhicules ne peuvent dépasser 20 km/h. En région de Bruxelles capitale, 65% du périmètre est en zone 30, et l’on passera à 85% dès le 1er janvier. Dans notre ville, la cartographie des accidents marque une concentration des sinistres avec blessés sur l’intra-ring. Avec le SPW, la cellule de sécurité routière de la police, les services communaux de la Mobilité et de la Voirie, nous allons étudier les moyens de limiter les vitesses à toutes les entrées de ville en les équipant pu en les aménageant comme il se doit." 

Actuellement, les vitesses restent excessives. "Il faut laisser aux habitudes le temps de changer." L’objectif est de sécuriser les déplacements piétons ou à vélo, et encourager la micro-mobilité (trottinettes par exemple). Pour Desgain, "une limitation à 30km/h est bonne pour le climat. Cela évite les successions d’accélération et de freinage qui sont sources de pollutions." Trop restrictives pour les uns, les zones 30 ne sont pas assez étendues pour d’autres : le conseiller PS Maxime Felon estime qu’il faut étendre le périmètre de la zone 30 à Gosselies, notamment dans la cité Hubinon. L’échevin de la Mobilité entend avancer par étapes, en veillant à ne pas trop allonger les temps de parcours en voiture. Des extensions sont à l’étude, il faut en évaluer l’impact.