Tout comme ses collègues, l'échevin carolo ne manque pas de travail et organise ses services.

En cette période difficile pour tous, l'échevin Mahmut Dogru et ses collaborateurs n'ont pas le temps de se poser. En charge de l'état civil, de la propreté publique, des cimetières et des marchés, il nous fait part des différentes dispositions mises en place afin que les services et les citoyens puissent poursuivre, presque normalement, leurs activités.

Les documents administratifs

L'échevin, dans un souci de santé publique, invite chacun à se rendre sur le E-guichet (guichet en ligne) de la ville afin de commander gratuitement les documents dont ils ont besoin. Ceux-ci sont exactement les mêmes que ceux qui sont fournis aux guichets physiques. Sur rendez-vous il est toutefois possible de se rendre aux guichets tout en gardant en tête que ces déplacements constituent tout de même un risque. "Nous avons l'obligation de garder un service au citoyen. Pensons aux cartes d'identité qui arriveraient à échéance. Ce document est primordial auprès des hôpitaux et des mutuelles. Suite au confinement et au ralentissement des activités, la ville enregistre une diminution assez importante des demandes de permis de conduire. Pour ce qui concerne les demandes de passeports, il est clair qu'il y a en a moins aussi mais malgré tout le service reste ouvert."

Les mariages

Même s'ils ne sont pas suspendus, l'échevin conseille de reporter les mariages quand cela est possible afin de profiter pleinement de ce beau jour. Toutefois, s'ils ne sont pas annulés, ils seront tout de même célébrés mais avec quelques aménagements. Les mariages ne seront plus célébrés dans les maisons communales annexes mais uniquement à l'hôtel de ville de Charleroi. Le nombre d'invités à la cérémonie est strictement limité à 5 personnes. Sont autorisés : l'échevin, l'agent communal, les mariés et deux invités/témoins pour chacun des époux. "Une cinquième personne est autorisée car, malgré tout, il est agréable de garder des souvenirs de ce jour grâce à quelques photos. Une solution est aussi à l'étude afin que les personnes n'ayant pas annuler leur mariage puissent partager ce moment grâce à une retransmission via Youtube."

Il est tout à fait compréhensible de ne pas annuler un mariage dans un cas précis que développe l'échevin. "Nous continuons à faire les mariages administratifs car dans certains cas. En tant que cohabitants légaux il n'est pas possible de bénéficier de la pension de l'époux ou l'épouse en cas de décès. Afin de préserver ce droit nous continuons à célébrer les mariages."

Jusqu'à présent, l'échevin constate beaucoup d'annulations. Seuls quelques uns restent au calendrier.

Les naissances

Comme les maternités sont directement en contact avec les services de l'état civil cela ne devrait pas poser de problème. Si une personne souhaite apporter des changements, il est tout à fait possible de prendre rendez-vous afin d'être reçu.

Les décès

Les pompes funèbres sont également en contact avec les services communaux adéquats. Comme pour les naissances il est également possible de prendre rendez-vous avec le service de l'état civil.

Mahmut Dogru a aussi dans ses compétences le crématorium de Gilly. Si au départ il était interdit d'accompagner les défunts lors d'une dernière cérémonie, il est désormais possible d'organiser ces cérémonies. Grâce à la technologie, la famille et les amis du disparu pourront assister à la cérémonie via Zoom, un système de retransmission par vidéo. Sur place, le maître de cérémonie prononcera quelques mots en hommage et les personnes qui le souhaitent pourront également s'exprimer et être entendues de tous. "Il est prévu de mettre sur pied deux pauses afin que les familles puissent commencer leur deuil sans trop attendre."

Également échevin des cimetières, Mahmut Dogru assure que tous les agents communaux sont à leur poste. Pendant la période de confinement, les cimetières restent ouverts mais il est demandé à la population de ne pas s'y rendre en trop gros nombre. L’afflux de visiteurs constitue un risque de propagation du Covid 19.

Les marchés

S'ils n'ont plus lieux actuellement, les services de Mahmut Dogru planchent sur le nouveau parcours qui formera une boucle plus compacte et plus agréable pour les visiteurs. Les travaux de la ville haute sont l'occasion de tout remettre à plat et de repenser la mobilité, le placement des maraîchers et la sécurité. "Le nouveau tracé quittera la place du Manège ainsi que la rue du Dauphin et une partie du boulevard Janson pour former une boucle fermée en passant par la rue de la Science et la rue Zénobe Gramme."

La propreté

En ce qui concerne la salubrité publique, même en équipe réduite et avec les recyparcs fermés, l'échevin constate une diminution des dépôts clandestins et invite chacun à respecter les jours de ramassages prévus. Mahmut Dogru rappelle que les dépôts clandestins constituent toujours des infractions punissables et que les services disposent de moyens permettant de confondre les auteurs.