Charleroi L’an passé, la maison des talents de Melanie De Biasio avait été primée.

Revaloriser des espaces bâtis par la culture : dans le grand Charleroi, c’est la démarche que soutient le collectif d’entreprises mécènes Sambria, issu de l’ASBL Prométhéa.

La chanteuse de jazz Melanie De Biasio a été la première à en bénéficier avec sa résidence d’artistes Alba, dans l’ancien consulat d’Italie.

Outre un financement direct de 11 000 euros, ce projet a mobilisé les compétences de plusieurs des douze membres du collectif : l’expertise d’un acousticien pour l’intégration d’un studio d’enregistrement, l’appui d’un ingénieur civil pour évaluer l’état de la structure du bâtiment et le soutien d’un project manager pour coordonner et cadrer toute la programmation immobilière. En 2019, Sambria remet le couvert.

À la clé : une bourse de 12 000 euros. Un nouvel appel à projets vient d’être lancé, les candidatures doivent être déposées avant le 6 avril prochain.

Pour être éligible, le projet devra porter sur l’aménagement d’un espace ou la valorisation du patrimoine bâti dans le grand Charleroi, promouvoir une initiative d’accès à la culture profitable au plus grand nombre et se réaliser dans les deux ans.

Le collectif est présidé par Jean-Sébastien Pirnay, ingénieur civil et administrateur du bureau d’études éponyme.

On ne devient pas mécène pour en retirer de la visibilité comme dans le sponsoring sportif. Les entreprises n’en attendent pas non plus un avantage fiscal, même s’il existe des mécanismes de déduction. Chaque partie a des responsabilités vis-à-vis de l’autre, il doit exister une correspondance entre leurs valeurs mutuelles sinon ça ne fonctionne pas.

L’échange est au cœur de la relation. Il existe trois types de mécénat : outre le financier, il y a celui de compétences, qui consiste à mettre à la disposition du bénéficiaire une expertise professionnelle ou des moyens humains. "C’est la forme la plus riche, car elle favorise les collaborations, voire la co-construction d’un projet."

Quant au mécénat en nature, c’est le plus protéiforme : il peut s’agir d’un don de marchandises ou de produits ou la mise à disposition d’un bien immobilier ou d’un outil.