Charleroi

Les carnavals et les cavalcades approchant à grands pas, les différents comités des fêtes réfléchissent à quelques idées innovantes pour égayer les cortèges.

 À Châtelet, c’est Murphy Smets qui a humblement apporté sa pierre à l’édifice ou plutôt son Pierre Paulus.

Depuis tout petit, il accompagne ses parents à la ducasse d’Ath. Là, il tombe en admiration devant les géants qui défilent au rythme de la musique. Plus tard, en 2012, le jeune homme alors âgé d’une vingtaine d’années se lance le défi fou d’introduire un géant au sein de la cavalcade de Châtelet. Il entreprend les démarches nécessaires mais très vite il se rend compte que son projet a un certain prix qu’il ne peut assumer seul. Murphy fait le tour de l’Europe et trouve son bonheur en Espagne du côté de la Catalogne. "De Châtelet on connaît Magritte mais il a déjà son géant à Lessines alors j’ai trouvé qu’il était logique de représenter Pierre Paulus avec la toile du coq hardi. Même s’il n’est pas le plus connu des wallons, son drapeau l’est. J’ai trouvé dans ce personnage l’occasion de faire parler de Châtelet en dehors des murs de la ville."

Avec l’accord de la famille Paulus, le projet est enfin concrétisé et le géant est rapatrié.

Le 23 mars 2013 le géant Paulus est baptisé et présenté au public à l’athénée royal Pierre Paulus de Châtelet. Le lendemain, il fait sa première sortie sous la neige. Bien accueilli, le géant surprend même. Géant parmi les géants il reçoit également un parrain, Baudouin IV de Hainaut d’Ath et Rinette de Mafle.

Depuis sa première sortie, le géant a parcouru des kilomètres et est devenu un objet de discussion et de rapprochement entre les villes comptant des géants dans leur folklore.

Fort de son expérience, Murphy a participé activement à la fabrication de Julia, le dernier géant de Charleroi. Il a aussi organisé le défilé des géants lors des 350 de Charleroi.