Le Conseil Communal de Charleroi a voté ce 29 mars 2021 une nouvelle prime compensatoires aux cafés, restaurants et traiteurs qui ont bénéficié de la première prime compensatoire (adoptée lors du Conseil communal du 15 juillet 2020), et qui sont toujours en activité au moment de la mise en paiement. "Les commerçants jouent un rôle essentiel dans nos villes. Ils sont un baromètre de leur vitalité. L’HoReCa étant un des secteurs économiques les plus touchés par la crise, il est indispensable de continuer à l’aider à faire face à la situation extrêmement compliquée qu’il vit en ce moment", explique Babette Jandrain, échevine du Commerce. Et Thomas Parmentier, échevin des Finances de poursuivre "afin d’être le plus efficace possible et que les commerçants reçoivent cette nouvelle prime rapidement, nous avons choisi de leur octroyer le même montant que la première prime. Pour ceux qui n’ont pas pu en bénéficier (demande faite hors délai, ouverture entre les deux périodes de confinement, …), les mêmes critères seront utilisés (nombre d’équivalents temps-plein et surface de la salle)."

Les autorités communales font savoir que la nouvelle prime sera octroyée et versée automatiquement aux bénéficiaires, sans démarche supplémentaire de leur part.

Concrètement, les exploitants qui n'ont pas introduit leur demande de prime compensatoire dans le délai fixé par le règlement du 15 juillet 2020, soit le 31 janvier 2021, alors qu'ils auraient pu prétendre à la prime, disposent d'un délai supplémentaire pour introduire une demande jusqu’au 30 avril 2021 inclus au plus tard auprès de la Direction financière par courrier postal à l'adresse "DEFI - Quatrième rue, 21 à B-6040 Jumet" ou par courrier électronique à l'adresse prime.horeca@charleroi.be, sur la base du formulaire de demande ad hoc. Ces exploitants toucheront alors deux primes. Le montant, le mode de calcul et les conditions d'octroi de la prime demeurent celles prévues par le règlement du 15 juillet 2020.

Une prime compensatoire est également octroyée aux nouveaux exploitants dont l'établissement n'était pas en activité au 14 mars 2020 mais bien à la date de fermeture imposée du 19 octobre 2020.