Ils étaient 34 jeunes, filles et garçons confondus à participer à un tournoi de foot autour de la thématique de la place des filles dans le foot.

Cette journée organisée par les services AMO de l’ISPPC (Visa Jeunes, Tu Dis Jeunes et Pavillon J) et la Ville de Charleroi en partenariat avec le Sporting de Charleroi et le Futsalteam Charleroi se voulait rassembler tous les jeunes participants autour du ballon rond afin de tirer à bout portant sur les préjugés et les stéréotypes de la place des filles dans le foot.

Sur le terrain, des équipes mixtes se sont côtoyées dans un esprit sportif et en toute convivialité. Dans chacune des équipes on a pu voir des joueuses du Futsalteam de Charleroi qui, avec leurs dribbles déroutants, ont démontré que les filles ont clairement leur place sur le terrain.

Si la matinée a été consacrée au sport avec l’organisation d’un tournoi, l’après-midi a été réservée à la visite du Stade du Pays de Charleroi ainsi qu’un débat en présence des joueuses professionnelles du Royal Sporting Club de Charleroi. Ont été aussi prévues des surprises amenées par les parrains du tournoi Aline Zeler, ancienne internationale des Red Flames et actuelle coach des "Zébrettes", et Karim Chaïbaï, ex-international belge de Futsal.

L’organisation de tournois de foot comme point de départ de débats n'est pas une nouveauté et existe déjà une dizaine d’années. "Avec les AMO nous nous réunissons autour du foot et de thématiques différentes avec en maître-mot le fair-play et la lutte contre toutes les formes de discriminations," explique Amina Boukaftane, coordinatrice de l’AMO Visa Jeune. En effet, le foot est une activité fédératrice qui permet d’aborder divers thèmes comme le racisme, le handisport ou encore l’intégration par le sport pour les jeunes venus de l’étranger. "Pour cette édition, nous sommes partis du constat que les filles voulaient prendre leur place dans le foot et que les garçons avaient des reçues sur cette place."

Les jeunes filles présentes ont donné le meilleur d’elles-mêmes afin de tordre le cou à ces idées reçues. "J’aime le foot et je n’osais pas en faire parce que certains garçons trouvent que la place des filles est à la cuisine. Participer à une journée comme celle-ci est une occasion de montrer que les filles ont tout autant leur place sur le terrain que les garçons. Un tournoi comme celui-ci me donne l’envie de franchir le pas et de m’inscrire dans un club," exprime avec conviction Manon, 14 ans.